Musica2 et la collection HAL Huma-Num IR*

Tamponnez vos dépôts

Les équipes d’Huma-Num IR* viennent d’inaugurer leur collection sur HAL[1] à l’adresse : https://shs.hal.science/HUMA-NUM/. Son ambition est de rassembler les productions de leurs ingénieurs mais également les publications des membres des différents consortiums. Ainsi Pauline Busonera et Adeline Joffres ont-elles imaginé une structure permettant de « tamponner » un dépôt en lui attribuant une « affiliation » qui enclenche, après enregistrement, le moissonnage automatique de ce dépôt dans la collection HAL d’Huma-Num IR*.

Nous sommes donc invités à contribuer à ce travail de signalement, qui sera observé par le comité scientifique d’Huma-Num IR* lors des bilans annuels. L’intérêt est également de produire une bibliographie au fil de l’eau du projet Musica2 et de regrouper les travaux des différents groupes de travail – la « collection HAL » constitue de ce point de vue une évolution importante de la plate-forme HAL. En effet, Huma-Num recommande de procéder au tamponnage des dépôts à venir (création), mais également des dépôts déjà en ligne (modification). Dans les deux cas, l’affiliation suit le modèle ci-dessous.

Que faut-il tamponner ?

Lorsque l’on crée un dépôt dans HAL, une première pop-up « Je sélectionne un type de document » s’ouvre :

Si les catégories ne sont pas toujours très claires au premier abord (par exemple, une conférence non suivie de publication peut être déposée dans « Proceedings / Recueil de communications »), elles sont désormais très précises, de l’« Article de blog scientifique » au « Logiciel », du « Brevet », du « Poster de conférence » au « Cours », etc. Mon sentiment personnel est qu’il ne faut pas se restreindre ou s’autocensurer : tout ce qui a un lien avec Musica2 doit être visible dans la collection HAL.

Comment « tamponner » ?

La procédure est très simple. Partons par exemple de cet extrait tiré de mon HAL personnel :

On observe que les premier et troisième dépôts ne concernent pas Musica2 : pas de tamponnage dans ce cas. Le premier pose question, s’agissant d’un article publié dans la revue Humanités numériques bien avant la création de Musica2, mais visant à présenter Dezède, partenaire de Musica2 aujourd’hui.

Le deuxième est en revanche directement lié à l’activité de Musica2. Pour modifier ce dépôt, il suffit de cliquer sur son titre (« Poster du consortium Musica2 ») qui ouvre sa fiche ci-dessous. Ici, il s’agit de cliquer à droite sur « Modifier les métadonnées ».

On entre alors dans le back-offfice de la fiche :

C’est dans cette première partie « Auteurs et affiliations » des métadonnées que, une fois entré dans votre dépôt, vous interviendrez. À droite du nom de l’auteur, une affiliation déjà existante vous identifie comme membre de votre unité de recherche – pour moi, le Groupe de Recherche d’Histoire (1). Comme il est possible d’ajouter autant d’affiliations que souhaitées, c’est ici qu’Huma-Num IR* a judicieusement placé sa structure : il reste donc à appeler dans le moteur de recherche (2) l’affiliation « Consortium-HN Musica2 » afin de tamponner le dépôt dans la collection HAL Huma-Num IR* (3).

Deux affiliations sont désormais sélectionnées pour ce dépôt, une situation qui concrètement produit un double moissonnage, du côté de mon laboratoire et du côté d’Huma-Num.

Enfin, ne pas oublier de « modifier le dépôt » :

C’est terminé !

Consulter la bibliographie

Pour consulter la bibliographie de Musica2, il suffit de taper « Musica2 » dans le moteur de recherche de la page d’accueil de la collection.

Produire la collection HAL de votre projet numérique ?

La collection HAL encourage et facilite la réalisation de bibliographies de projet, notamment lorsque l’équipe est dispersée. C’est le cas du projet numérique Dezède, rattaché à différentes équipes de recherche et universités, alimenté par une large communauté de chercheurs qui ont chacun leur propre rattachement. Par ailleurs, les données produites dans Dezède, rassemblées sous forme de « dossiers », la forme la plus aboutie de la publication dans Dezède, peuvent être associées à des articles ou monographie, des conférences ou des billets de blog scientifique, en format papier ou en ligne. Cette diversité des productions scientifiques et cette large géographie de la recherche autour de Dezède sont ainsi facilement agrégées dans la collection HAL Dezède > https://hal.science/DEZEDE/

[1] Annonce rendue publique lors des journées des consortiums-HN, Condorcet, 4 avril 2024.

Des langages contrôlés pour le patrimoine musical : état de l’art, outils, perspectives

Appel à communications IT EN

Rome, Biblioteca Nazionale Centrale di Roma, 3-4 juin 2024 

Nombreux sont aujourd’hui les projets de recherche dans les domaines des arts du spectacle et du patrimoine musical qui utilisent des outils numériques pour la collecte, l’organisation, l’interrogation et l’analyse des données.

Or, s’ils ont généré une masse de données accessible à la communauté, force est de constater que la faible diffusion de la culture de la standardisation dans le domaine de la musicologie a pour conséquence directe leur faible partage et la présence modeste des données musicales dans le web sémantique. Le dialogue entre les projets de recherche menés dans la discipline au niveau européen et international est actuellement très limité, précisément aussi à cause de la diversité des langages et des standards utilisés.

C’est ici qu’interviennent les langages contrôlés sur lesquels ces Journées d’étude entendent se concentrer. Il apparaît en effet utile de mettre en place des outils d’organisation de la connaissance (KOS, Knowledge Organisation System) afin de garantir une recherche d’informations efficace et large. Cela doit conduire à une double réflexion portant sur les outils les plus adaptés pour récupérer et rendre utilisable cette énorme masse de données, d’une part, et sur les langages à utiliser et l’interopérabilité des formats pour une gestion FAIR des données musicales, d’autre part. Par ailleurs, l’intérêt et les enjeux des langages contrôlés en musicologie résident aussi dans leur fonction de définition de la sémantique du domaine spécifique de la musicologie, que les outils conceptuels (ontologies) enrichissent afin de permettre leur modélisation.

L’objectif de ces Journées d’étude sera d’établir un état de l’art des langages contrôlés en musicologie, c’est-à-dire des langages documentaires, basés sur des outils tels que les lemmaires, les vocabulaires contrôlés, les taxonomies, les thésaurus, classifications, etc. À partir de la présentation de recherches et de projets dans le domaine des humanités numériques en musicologie, en cours ou achevés, il s’agira de faire émerger à la fois les bonnes pratiques et les aspects problématiques afin d’identifier des méthodologies de travail efficaces et partageables pour l’avenir.

On cherchera en particulier à explorer les questions suivantes (liste non limitative) :

  • Retours d’expériences pour la conception de thésaurus et de langages contrôlés : quelle a été la terminologie fixée comme point de départ, quelle réflexion sur l’utilisation, le type d’utilisateurs, les langues de développement ?
  • Les problématiques terminologiques intervenues dans la construction de thésaurus et de langages contrôlés, à la fois dans une perspective synchronique et diachronique : quelles sont les particularités de la description de documents, des ressources ou de données musicologiques du passé par rapport à la musicologie contemporaine ? La perspective diachronique est-elle utile pour retracer les étapes fondamentales de l’évolution sémantique d’un domaine musicologique spécifique ?
  • Les principes d’indexation et d’utilisation des langages contrôlés : comment utiliser les langages contrôlés préparés ? Avec quel niveau de détail ? Pour indexer quoi ?
  • Comment les musicologues abordent-ils le choix des mots pour étiqueter les données musicologiques ou décrire le contenu des documents musicologiques ? Une formation a-t-elle été nécessaire ?
  • Le choix et l’utilisation de logiciels spécifiques pour la construction de langages contrôlés : quels sont les outils logiciels les plus efficaces et/ou les plus adaptés ?
  • La réutilisation et le partage des thésaurus et des langues contrôlées : tous les termes nécessaires sont-ils vraiment spécifiques ou est-il possible de les emprunter à d’autres projets ? Existe-t-il des expériences de partage et de réutilisation, d’intégration entre outils généralistes et spécialisés ou de mise en commun de terminologies spécifiques entre projets en cours ou achevés ?
  • Les modalités d’utilisation des langages contrôlés par les machines et l’intelligence artificielle : comment les langages contrôlés soutiennent-ils l’interopérabilité sémantique entre les projets partageant des données sur le web ?

Les journées d’étude se dérouleront selon l’organisation suivante :

  • le premier jour sera ouvert à des présentations publiques : les participants seront invités à présenter leurs projets, à des fins d’illustrations des questionnements ci-dessus ;
  • le deuxième jour, sous la forme d’un atelier, sera réservé aux participants : en vue d’une discussion plus approfondie sur les aspects techniques et les outils, ils discuteront entre eux à partir des documents de travail qui leur seront distribués, en soulignant les points communs, les suggestions et en préparant des questions.

Les documents de travail seront distribués deux semaines à l’avance, afin de donner aux participants suffisamment de temps pour se préparer et pour qu’un échange substantiel puisse avoir lieu.

Langues du colloque : italien, français, anglais.

Calendrier

  • 10 mars 2024 : date limite pour l’envoi des propositions à linguaggicontrollati.musica@gmail.com. Forme attendue des propositions :
    • résumé d’un maximum de 1500 caractères espaces compris,
    • CV d’un maximum de 500 caractères espaces compris, pour chaque participant,
    • adresse électronique de tous les présentateurs,
    • indication du matériel nécessaire pour la présentation.
  • 30 mars 2024 : notification de l’acceptation par le comité scientifique.
  • 28 avril 2024 : remise des documents de travail.
  • 19 mai 2024 : diffusion des documents de travail parmi les participants sélectionnés.

Une publication issue de ces travaux sera envisagée.

> Téléchargez l’affiche

Comité scientifique

Luca Aversano, Università degli Studi Roma Tre
Michela Berti, Conservatorio Statale di Musica “L. Refice” di Frosinone
Thomas Bottini, IReMus — Institut de Recherche en Musicologie
Stefano Campagnolo, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Paola Castellucci, Sapienza Università di Roma
Achille Davy-Rigaux, CNRS Centre national de la recherche scientifique
Joann Élart, Université de Rouen Normandie
Anne-Madeleine Goulet, CESR – Tours (UMR 7323 du CNRS)
Manuela Grillo, Sapienza Università di Roma
Anna Lucarelli, Biblioteca nazionale centrale di Firenze
Elda Merenda, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Francesca Tomasi, Alma Mater Studiorum Università di Bologna
Philippe Vendrix, CESR – Tours (UMR 7323 du CNRS)

Comité d’organisation

Michela Berti, Conservatorio Statale di Musica “L. Refice” di Frosinone
Thomas Bottini, IReMus — Institut de Recherche en Musicologie
Achille Davy-Rigaux, CNRS Centre national de la recherche scientifique
Angelina De Salvo, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Joann Élart, Université de Rouen Normandie
Manuela Grillo, Sapienza Università di Roma
Elda Merenda, Biblioteca nazionale centrale di Roma

Institutions et Programmes de recherche impliqués

Musica2, Consortium en musicolologie numérique, Hum-Num, CNRS
Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Ricercar-Lab (UMR 7323, CNRS, Tours)
Institut de recherche en Musicologie (UMR 8223, CNRS, Sorbonne Université, BnF, ministère de la Culture)
Biblioteca nazionale centrale di Roma
Biblioteca nazionale centrale di Firenze
École française de Rome
ERC PerformArt
Ass.I.Ter. Associazione Italiana per la Terminologia
SISBB Società Italiana di Scienze Bibliografiche e Biblioteconomiche
Société française de musicologie
Società italiana di Musicologia

   

Dates des prochains ateliers de Musica2

13 février 2024, 13h30-16h30 > atelier GT1-GT2 > usage du MEI dans le travail sur les éditions critiques, en présentiel à l’IReMus / BnF et en visio

Contact : augustin(point)braud(arobase)cnrs(point)fr

29 février 2024, 14h-17h > atelier GT2-GT4 > archives contemporaines et CIDOC-CRM, en présentiel à l’IReMus / BnF et en visio

Contact : pierre(point)couprie(arobase)univ-evry(point)fr

25 mars 2024, 9h30-11h30 > atelier #2 du GT3 > formations universitaires en musicologie et place du numérique, en visio

Contact : joann(point)elart(arobase)univ-rouen(point)fr

GT3 > Atelier #1 > Annuaire

Le premier atelier du GT3 a eu lieu lundi 15 janvier en visio. Consacré à la réalisation d’un annuaire des projets numériques en musicologie, il visait plus particulièrement à présenter ce projet et à valider un modèle de fiche à renseigner.

L’annuaire a vocation à informer notre communauté (enseignants, chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, étudiants, développeurs) autant sur les outils numériques que sur les corpus disponibles en ligne, ressources souvent isolées sur nos sites de laboratoire. Il vise à mettre à disposition et centraliser des ressources, non seulement auprès de notre communauté et nos partenaires, mais plus largement auprès des musicologues et plus particulièrement des enseignants à l’université (cours de culture numérique ou méthodologie numérique en licence et master, mais également, accompagnement des doctorants et des docteurs dans leur démarche numérique liée à leur pratique de la recherche).

L’annuaire sera publié dans un premier temps sur le carnet de recherche Musica2 hébergé par Hypoteses.org, solution pérenne facilitant la gestion au fil de l’eau de cette publication. Un nouveau menu permet un accès direct aux fiches publiées.

Vous trouverez en pièce jointe le modèle de fiche (Fiche annuaire Musica2) à remplir et à renvoyer à Joann Élart  > joann.elart(arobase)univ-rouen(point)fr. Il assurera le secrétariat et le suivi de publication. Naturellement, toutes les rubriques citées ne sont pas nécessairement à remplir : c’est une trame organisée qui peut être modifiée en fonction de votre projet. Nous insistons sur le type de fiches que nous attendons :

  • celles de projets / corpus numériques visibles aujourd’hui, donc actifs ;
  • celles de projets / corpus anciens qui ne seraient plus visibles ;
  • celles de projets n’ayant pas dépassé le stade du financement (par ex., données recueillies dans un tableur mais non exposées sur le web) ;
  • celles de projets en cours de réalisation / de construction.

À titre d’exemple, vous pouvez découvrir une fiche entièrement rédigée, celle du projet Dezède en cliquant sur ce lien. Un autre clic sur le menu Annuaire vous permet d’accéder à sa présentation et aux tables qui s’enrichiront au fil des publications par les thèmes et les mots-clés que vous voudrez bien nous communiquer.

Échéance. Dès que possible et le plus possible, avant les journées annuelles de Musica2 en juin / juillet 2024. L’annuaire sera présenté au comité scientifique d’Huma-Num comme un des livrables de 2024.

GT4 > Numérisation et archivage des musiques contemporaines

La journée annuelle du GT4 s’est tenue à l’université Jean Monnet Saint-Étienne le 17 novembre 2024 et a regroupé une grande communauté des musicologues spécialisés dans le domaine des musiques contemporaines, en plus de plusieurs membres du GT2 et du GT3. Organisée par Laurent Pottier et Viviane Waschbusch, elle proposait un programme en deux parties.

Dans un premier temps, en matinée, différents exposés de projets ont été proposés : Alexandre Michaan a présenté les archives ArtZoyd, en posant la question de la sauvegarde des œuvres contemporaines utilisant des dispositifs électroniques obsolètes, renvoyant au projet de base de données EULALIE développée sur HEURIST (pour aller plus loin).

Le fonds Iannis Xenakis conservé à la BU de Rouen (GRHIS) a ensuite été évoqué par Cyrille Delhaye, qui travaille sur les technologies Nakala et OmekaS, interrogeant l’avenir d’un tel projet déjà bien inscrit dans le paysage des humanités numériques en musicologie (pour aller plus loin). Pilote du GT3, Joann Élart a tracé un parcours sur les musiques contemporaines dans la base de données Dezède, porté par les universités de Rouen Normandie, de Montpellier et de Toulouse (pour aller plus loin). Laurent Pottier, Jacques Warnier et Serge Lemouton ont ensuite fait le point sur le développement de la base Antony, projet lancé en 2018 à Saint-Étienne, portant sur l’Archivage collaboratif et la préservation créative des œuvres de musique informatique. Vincent Tiffon a enchaîné sur le fonds Jean-Claude Risset conservé à Aix-Marseille, sur le traitement des trois dépôts du compositeur et de la famille, avant numérisation et valorisation numérique. Jean-François Trubert dresse un état inquiétant sur l’avenir des archives du CIRM à Nice, l’un des huit Centres Nationaux de Création Musicale qui a cessé son activité. Maxence Mercier s’est arrêté ensuite sur le fonds de l’IMEB, l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges, centre ayant également cessé son activité. Les fonds des organismes de musique de création du Québec ont été abordés par Ariane Couture, en résumant le traitement des archives du SMCQ depuis 1966 à partir des éphémères comme les programmes ou les brochures (pour aller plus loin).

Dans un second temps, dans l’après-midi, trois ateliers ont été dressés en parallèle : le premier dirigé par Viviane Wasbusch sur la gestion des droits de la documentation exploitée par les musicologues ; le second, en présence de Thomas Bottini et Augustin Braud du GT2, a prolongé les travaux de ce GT sur la problématique particulière des musiques contemporaines : comment bâtir une ontologie et un thesaurus des musiques avec électronique ? ;  le troisième piloté par Laurent Pottier s’est interrogé sur les bases de données partagées interopérables, en présence de Joann Élart du GT3 (base de données).

Enfin, une restitution des ateliers est faite en fin de journée, démontrant le rôle fondamental que joue Musica2, en établissant pour la première fois des liens constructifs entre différentes équipes de recherche isolées et dispersées sur tout le territoire. La plupart des projets du GT4 formulent en somme les mêmes attentes : des fonds d’archives de compositeurs ou de centres, qui posent des problèmes de droit d’auteur, numérisés ou en cours de numérisation, constituant des collections qu’il faut exposer en ligne au sein d’un outil de valorisation, un CMS adopté, voire dans certains cas, une base de données.

Étaient présent·e·s, de gauche à droite : Laurent Pottier (université Jean Monnet Saint-Étienne), Augustin Braud (IreMus), Jacques Warnier (CNSMDP), Cyrille Delhaye (Rouen, GRHIS), Viviane Washbush (université Jean Monnet Saint-Étienne), une étudiante, Vincent Tiffon (Université d’Aix-Marseille), Kevin Dahan (Université Gustave Eiffel), Maxence Mercier, Pierre Couprie (Université d’Évry), Sonia Guérin-Hamdi (MSH Lyon-Saint-Étienne), Delphine Vincent (université de Fribourg), Orline Poulat (MSH Lyon-Saint-Étienne), Thomas Bottini (IReMus), Louisa Martin Chevalier (Paris-Sorbonne) ; et en visio : Alexandre Michaan, Serge Lemouton (IRCAM), Jean-François Trubert (université de Nice), Ariane Couture (Québec) ; et derrière l’objectif : Joann Élart (université de Rouen Normandie).

 

GT1, tour de France de la MEI, étape #5 : Strasbourg !

Strasbourg, 27 octobre 2023

Après Metz, Dijon, Rouen et Montpellier, Vincent Besson s’est arrêté à Strasbourg pour poursuivre le tour de France de la MEI, avec toujours la même envie de présenter cette technologie aux étudiants des départements de musicologie de France. Cette journée organisée par Aurelio Bianco et Anne-Sylvie Barthel-Calvet à l’université de Strasbourg le 27 octobre 2023 a proposé aux étudiants trois sessions de présentation et d’échanges :

8h30-10h > contextualisation / guides de bonnes pratiques


10h30-12h > le code MEI / expérimentation


13h30-15 h > exemples / Workflow

 

GT2 > Atelier #2

BNF et visio, 12 octobre 2023, 10h- 16h

Le deuxième atelier du GT2 (ontologies, thesauri, catalogage) porte sur la double thématique de l’indexation conceptuelle et des thesaurii (identification des thesaurii existants utiles à la musicologie, définition d’un workflow de gestion des données lexicales et conceptuelles, questions de modélisation, etc.), une problématique qui présente avec la première (atelier #1) une évidente porosité. La journée est organisée par Augustin Braud, Thomas Bottini et Achile Davy-Rigaux.

Participant·e·s. Michela Berti (Sapienza Università di Roma), Nathalie Berton-Blivet (IReMus), Christophe Corbier (EHESS), Joann Élart (université de Rouen Normandie / Musica2), Jean-François Goudesenne (IRHT / Biblissima+), Marco Gurrieri (IReMus), Nancy Hachem (IReMus), Louis Moreau-Gauchy (Philharmonie), Lucia Pasini (Bern University of applied sciences), Suzy Piat (CESER), Théodora Psychoyou (IReMus)

GT1 > Tour de France de la MEI, étape #4 : Montpellier !

Montpellier, 12 octobre 2023

Après Metz, Dijon et Rouen, Kévin Roger et Vincent Besson ont poursuivi leur tour de France de la MEI à Montpellier, dans une démarche visant à présenter cette technologie aux étudiants des départements de musicologie de France. Cette journée organisée par Patrick Taïeb et son laboratoire l’IRCL, propose, comme à Rouen où il a été question également de TEI et de traités musicaux, un programme hybride où il est question du concert comme objet historique (Yannick Simon, université de Toulouse, Dezède).

Vincent Besson le 12 octobre 2023 © Patrick Taïeb

Le consortium MUSICA2 sera présent à l’Université de Paul Valéry-Montpellier 3 pour une journée d’initiation à la Music Encoding Initiative (MEI). Cette nouvelle étape du tour de France de la MEI aura pour objectif de plonger les participants dans l’univers de l’encodage musical. Dans la matinée, les participants auront l’occasion de découvrir les particularités et avantages de la MEI, tout en explorant des projets musicaux innovants. L’après-midi sera dédié à une initiation au langage et au code MEI, grâce à des outils tels que MEI Friends. Cette session permettra aux participants d’acquérir des compétences essentielles pour l’encodage musical. Deux conférences, par Yannick Simon et Nathanaël Eskenazy, viendront également enrichir cette journée.

Programme

9h-11h10
Présentation de la MEI (Kévin Roger et Vincent Besson)

11h20 – 12h00 – (conférence et discussion)
Yannick Simon / « Histoire et répertoire des concerts symphoniques en France du XVIIIe siècle à nos jours »

14h – 17h
Initiation au langage de la MEI (Kévin Roger et Vincent Besson)

17h – 18h – (conférence et discussion)
Nathanaël Eskenazy / « Une édition de l’Orphée de Louis de Lully et Michel du Boullay »

 

Kévin Roger le 12 octobre 2023 © Patrick Taïeb

GT2 > Atelier #1

BNF et visio, 19 septembre 2023, 13h- 16h

Le premier atelier du GT2 (ontologies, thesauri, catalogage) était dédié à la modélisation des dates associées aux données musicologiques (création des œuvres, événements et vie des acteurs, périodes historiques, calendrier liturgique, etc.) Le projet Dezède propose une structure intéressante qui associe une date fixe au format relationnel et si besoin, une autre au format texte (date approximative, période historique, etc.), qu’elles soient précises ou approximatives.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search