Musica2 et la collection HAL Huma-Num IR*

Tamponnez vos dépôts

Les équipes d’Huma-Num IR* viennent d’inaugurer leur collection sur HAL[1] à l’adresse : https://shs.hal.science/HUMA-NUM/. Son ambition est de rassembler les productions de leurs ingénieurs mais également les publications des membres des différents consortiums. Ainsi Pauline Busonera et Adeline Joffres ont-elles imaginé une structure permettant de « tamponner » un dépôt en lui attribuant une « affiliation » qui enclenche, après enregistrement, le moissonnage automatique de ce dépôt dans la collection HAL d’Huma-Num IR*.

Nous sommes donc invités à contribuer à ce travail de signalement, qui sera observé par le comité scientifique d’Huma-Num IR* lors des bilans annuels. L’intérêt est également de produire une bibliographie au fil de l’eau du projet Musica2 et de regrouper les travaux des différents groupes de travail – la « collection HAL » constitue de ce point de vue une évolution importante de la plate-forme HAL. En effet, Huma-Num recommande de procéder au tamponnage des dépôts à venir (création), mais également des dépôts déjà en ligne (modification). Dans les deux cas, l’affiliation suit le modèle ci-dessous.

Que faut-il tamponner ?

Lorsque l’on crée un dépôt dans HAL, une première pop-up « Je sélectionne un type de document » s’ouvre :

Si les catégories ne sont pas toujours très claires au premier abord (par exemple, une conférence non suivie de publication peut être déposée dans « Proceedings / Recueil de communications »), elles sont désormais très précises, de l’« Article de blog scientifique » au « Logiciel », du « Brevet », du « Poster de conférence » au « Cours », etc. Mon sentiment personnel est qu’il ne faut pas se restreindre ou s’autocensurer : tout ce qui a un lien avec Musica2 doit être visible dans la collection HAL.

Comment « tamponner » ?

La procédure est très simple. Partons par exemple de cet extrait tiré de mon HAL personnel :

On observe que les premier et troisième dépôts ne concernent pas Musica2 : pas de tamponnage dans ce cas. Le premier pose question, s’agissant d’un article publié dans la revue Humanités numériques bien avant la création de Musica2, mais visant à présenter Dezède, partenaire de Musica2 aujourd’hui.

Le deuxième est en revanche directement lié à l’activité de Musica2. Pour modifier ce dépôt, il suffit de cliquer sur son titre (« Poster du consortium Musica2 ») qui ouvre sa fiche ci-dessous. Ici, il s’agit de cliquer à droite sur « Modifier les métadonnées ».

On entre alors dans le back-offfice de la fiche :

C’est dans cette première partie « Auteurs et affiliations » des métadonnées que, une fois entré dans votre dépôt, vous interviendrez. À droite du nom de l’auteur, une affiliation déjà existante vous identifie comme membre de votre unité de recherche – pour moi, le Groupe de Recherche d’Histoire (1). Comme il est possible d’ajouter autant d’affiliations que souhaitées, c’est ici qu’Huma-Num IR* a judicieusement placé sa structure : il reste donc à appeler dans le moteur de recherche (2) l’affiliation « Consortium-HN Musica2 » afin de tamponner le dépôt dans la collection HAL Huma-Num IR* (3).

Deux affiliations sont désormais sélectionnées pour ce dépôt, une situation qui concrètement produit un double moissonnage, du côté de mon laboratoire et du côté d’Huma-Num.

Enfin, ne pas oublier de « modifier le dépôt » :

C’est terminé !

Consulter la bibliographie

Pour consulter la bibliographie de Musica2, il suffit de taper « Musica2 » dans le moteur de recherche de la page d’accueil de la collection.

Produire la collection HAL de votre projet numérique ?

La collection HAL encourage et facilite la réalisation de bibliographies de projet, notamment lorsque l’équipe est dispersée. C’est le cas du projet numérique Dezède, rattaché à différentes équipes de recherche et universités, alimenté par une large communauté de chercheurs qui ont chacun leur propre rattachement. Par ailleurs, les données produites dans Dezède, rassemblées sous forme de « dossiers », la forme la plus aboutie de la publication dans Dezède, peuvent être associées à des articles ou monographie, des conférences ou des billets de blog scientifique, en format papier ou en ligne. Cette diversité des productions scientifiques et cette large géographie de la recherche autour de Dezède sont ainsi facilement agrégées dans la collection HAL Dezède > https://hal.science/DEZEDE/

[1] Annonce rendue publique lors des journées des consortiums-HN, Condorcet, 4 avril 2024.

MusicaSearch

Le moteur de recherche de la musicologie numérique

Le consortium Musica2 souhaite donner plus de visibilité à des projets et corpus numériques dispersés sur un vaste territoire, rattachés à de multiples unités de recherche et organisations, déconnectées les unes des autres. Pour cela, la mise en œuvre d’un outil de recherche et de moissonnage des sites et des corpus partenaires faciliterait une recherche plurielle, en même temps qu’il créerait du lien entre les projets aujourd’hui isolés. C’est pourquoi Musica2 pilote le développement du métamoteur de recherche MusicaSearch pour interroger les données exposées dans les différents sites partenaires du consortium possédant des points d’accès variés (API, OAI- PMH, sparql endpoint, etc.)

Hébergé sur les serveurs d’Huma-Num, l’outil permettra d’interroger les données personnes, ensembles, œuvres musicales et spectacles des différents corpus et partenaires du consortium, mais également les données de sites généralistes comme Data.bnf.fr. MusicaSearch souhaite ainsi faciliter la recherche pour les étudiants, les chercheurs, les enseignants, les mélomanes, les musiciens.

Les résultats seront affichés sous le moteur de recherche, sur la même page et sous forme de liste proposant : 1) le logo du site ou du corpus hébergeant la donnée ; 2) le type de données filtrées ; 3) la donnée et son URL, permettant de distinguer telle forme du nom de telle autre.

Dans le cas de « berlioz », différents résultats sont renvoyés par les trois sites dans notre exemple : il s’agit ainsi de distinguer, dans Dezède, Hector de sa seconde épouse, mais également du pianiste Gabriel-Pierre qui portait le prénom de Berlioz ; il s’agit également de croiser les bases, car apparaissent au premier coup d’œil les deux entrées de Marie Berlioz dans Dezède et la Mediabase Bru Zane. Naturellement, une requête plus fine, combinant « hector » et « berlioz » exclurait les autres résultats, pour ne conserver que les données propres à Hector Berlioz.

La seconde vocation de cet outil est de bâtir des passerelles entre des sites ou des corpus cousins et partenaires du consortium. Pour les sites intéressés, il s’agira d’installer dans les tables d’autorités des deux sites des iframes permettant un accès direct aux résultats reconnus automatiquement, via le moteur de recherche, dans le site cousin. Voici une mise en situation de ces iframes, à titre d’exemple.

Un appel d’offres vient d’être lancé pour la livraison finale du prototype en mai prochain.

Controlled Languages for Musical Heritage: State of the Art, Tools, Perspectives

Call for Papers FR IT

Rome, Biblioteca Nazionale Centrale di Roma, 3-4 June 2024

Today, numerous research projects in the fields of performing arts and musical heritage employ digital tools for data collection, organization, interrogation, and analysis. A wealth of data is thus made available to the community. However, it is clear that the weak dissemination of widespread standards in the field of Musicology directly results in limited data sharing, and in the sparse presence of musical resources in the semantic web. The dialogue between research projects at the European and international levels is currently limited, precisely because of the diversity of languages and standards these projects make use of.

Therefore, this conference aims to appraise the growing importance of controlled languages for musicology and the performing arts. It is indeed useful to set up tools for the organization of knowledge (KOS, Knowledge Organization System), in order to ensure effective and wide-ranging information retrieval. This requires a reflection on suitable tools to retrieve and make use of this massive amount of data and compels thought on relevant issues concerning the applicable languages  and the interoperability of formats for the FAIR management of musical data. The importance of controlled languages in Musicology also lies in the role they play in defining the domain-specific semantics, which conceptual models (ontologies) enhance with the goal of enabling inference by software agents.

The objective of this conference is to establish the state of the research around controlled languages in Documentation and Musicology, i.e., documentary languages based on tools such as lemmatizers, controlled vocabularies, taxonomies, thesauri, classifications, etc. By presenting ongoing or completed research in the field of digital musicology, its aim is to bring to light both best practices and problematic aspects, in order to identify effective and shareable working methodologies.

The following themes will be explored (non-exhaustive list):

  • Experiences in the design of thesauri and controlled languages: What terminology was set as a starting point? What considerations were made regarding usage, user types, and development languages?
  • Terminological issues in the construction of thesauri and controlled languages, both synchronically and diachronically: What are the peculiarities of describing documents, resources or musicological data from the past compared to contemporary musicology? Is a diachronic perspective useful for tracing the fundamental stages of the semantic evolution of a specific musicological domain?
  • Principles of indexing and use of controlled languages: How are prepared controlled languages used? With what level of detail? To index what?
  • How does a musicologist approach the choice of words to label musicological data or describe the content of musicological documents? Was any training necessary? How can musicologists collaborate with documentation specialists or automated systems that implement controlled languages to index data?
  • The choice and use of specific software for the construction of controlled languages: What are the most effective and/or suitable software tools?
  • The reuse and sharing of thesauri and controlled languages: Are all relevant terms truly unique/specific, or is it possible to borrow/derive them from other projects? Are there examples of sharing and reuse, of integration between generalist and specialized tools, or of pooling of specific terminologies between ongoing or completed projects?
  • Exploitation of controlled languages by machines and artificial intelligence: How do controlled languages support semantic interoperability between projects sharing data on the web?

The conference will be organized as follows:

  • The first day will be open to public presentations: speakers will be invited to present their projects within the framework of the questions mentioned above.
  • The second day will take the form of a workshop. Speakers will be invited to discuss the working documents provided to them, to emphasize common points and suggestions, and to prepare questions for a more in-depth conversation on technical aspects and tools. Working documents will be sent out two weeks in advance to allow participants enough time to prepare and to facilitate a substantial exchange.

Conference languages: Italian, French, English. 

> Dowload poster

Timeline

  • March 10, 2024: Deadline for submitting proposals to linguaggicontrollati.musica@gmail.com. Expected format of proposals:
      • Summary of up to 1500 characters including spaces,
      • CV of up to 500 characters including spaces, for each participant,
      • Email addresses of all presenters,
      • Indication of the necessary equipment for the presentation.
  • March 30, 2024: Notification of acceptance by the scientific committee.
  • April 28, 2024: Submission of working documents.
  • May 19, 2024: Distribution of working documents among selected participants.

Contributions presented at the conference will be published.

Scientific Committee 

Luca Aversano, Università degli Studi Roma Tre
Michela Berti, Conservatorio Statale di Musica “L. Refice” di Frosinone
Thomas Bottini, IReMus — Institut de Recherche en Musicologie
Stefano Campagnolo, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Paola Castellucci, Sapienza Università di Roma
Achille Davy-Rigaux, CNRS Centre national de la recherche scientifique
Joann Élart, Université de Rouen Normandie
Anne-Madeleine Goulet, CESR – Tours (UMR 7323 du CNRS)
Manuela Grillo, Sapienza Università di Roma
Anna Lucarelli, Biblioteca nazionale centrale di Firenze
Elda Merenda, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Francesca Tomasi, Alma Mater Studiorum Università di Bologna
Philippe Vendrix, CESR – Tours (UMR 7323 du CNRS)

Organizing Committee

Michela Berti, Conservatorio Statale di Musica “L. Refice” di Frosinone
Thomas Bottini, IReMus — Institut de Recherche en Musicologie
Achille Davy-Rigaux, CNRS Centre national de la recherche scientifique
Angelina De Salvo, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Joann Élart, Université de Rouen Normandie
Manuela Grillo, Sapienza Università di Roma
Elda Merenda, Biblioteca nazionale centrale di Roma

Institutions and Research Projects

Musica2, Consortium en musicolologie numérique, Hum-Num, CNRS
Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Ricercar-Lab (UMR 7323, CNRS, Tours)
Institut de recherche en Musicologie (UMR 8223, CNRS, Sorbonne Université, BnF, ministère de la Culture)
Biblioteca nazionale centrale di Roma
Biblioteca nazionale centrale di Firenze
École française de Rome
ERC PerformArt
Ass.I.Ter. Associazione Italiana per la Terminologia
SISBB Società Italiana di Scienze Bibliografiche e Biblioteconomiche
Société française de musicologie
Società italiana di Musicologia

          

Linguaggi controllati per i beni musicali: stato dell’arte, strumenti, prospettive

Call for papers FR EN

Roma, Biblioteca Nazionale Centrale di Roma, 3-4 giugno 2024

Numerosi sono oramai i progetti di ricerca nel campo delle arti dello spettacolo e del patrimonio musicale che utilizzano strumenti digitali per la raccolta, l’organizzazione, l’interrogazione e l’analisi dei dati – compresi i diversi progetti che, negli ultimi decenni, hanno sviluppato molteplici e validi strumenti di lessicografia musicale in diverse lingue. La comunità scientifica ad oggi dispone di un’enorme quantità di risorse in ambito musicale di varia natura, per le quali è necessario allestire strumenti di organizzazione della conoscenza (KOS, Knowledge Organisation System) allo scopo di garantirne una information retrieval efficace. 

La scarsa diffusione della cultura della standardizzazione nell’ambito della ricerca musicologica ha avuto come diretta conseguenza la limitata condivisione dei dati e la presenza molto modesta di dati musicali e musicologici nel web semantico. Il dialogo tra i progetti di ricerca condotti in questa disciplina a livello europeo e internazionale è attualmente limitato, proprio a causa della diversità dei linguaggi e degli standard utilizzati.

È qui che entrano in gioco i linguaggi controllati su cui queste Giornate di studio intendono concentrarsi. Risulta infatti utile implementare strumenti di organizzazione della conoscenza (KOS, Knowledge Organisation System) al fine di garantire una ricerca di informazioni efficace e ampia. Ciò richiede una riflessione sugli strumenti adatti per recuperare e rendere utilizzabile questa enorme mole di dati e impone una riflessione sulle questioni rilevanti riguardanti i linguaggi utilizzati e l’interoperabilità dei formati per una gestione FAIR dei dati musicali.

L’importanza dei linguaggi controllati in musicologia, risiede anche nella loro funzione di definizione della semantica dello specifico ambito, semantica che i modelli concettuali (le ontologie) arricchiscono con l’obiettivo di consentire il ragionamento da parte di agenti software. 

L’obiettivo di queste Giornate di studio sarà quello di fare il punto sul tema dei linguaggi controllati nell’ambito della documentazione e della ricerca musicologica, ossia dei linguaggi documentari basati su strumenti come lemmari, vocabolari controllati, tassonomie, thesauri, classificazioni, ecc. Attraverso la presentazione di ricerche e progetti nel campo delle digital humanities in musicologia, in corso o completati, si cercherà di individuare tanto le buone pratiche quanto gli aspetti problematici al fine di identificare metodologie di lavoro efficaci e condivisibili.

Il seguente elenco (non esaustivo) indica alcune delle questioni che il convegno si propone di esplorare:

  • questioni ed esperienze di progettazione di thesauri e linguaggi controllati: qual è stato il set terminologico di partenza, quale riflessione sull’uso, sul tipo di utenza, sulle lingue di sviluppo?
  • questioni terminologiche nella costruzione di thesauri e linguaggi controllati, sia in prospettiva sincronica che diacronica: descrivere documenti, risorse, dati musicologici del passato quali peculiarità presenta rispetto alla musicologia contemporanea? La prospettiva diacronica è utile per tracciare le tappe fondamentali dell’evoluzione semantica dello specifico ambito musicologico?
  • questioni di politica indicizzatoria e di uso dei linguaggi controllati: come utilizzare i linguaggi controllati predisposti? Con quale livello di dettaglio? Per indicizzare cosa?
  • problematiche emergenti nell’utilizzo di linguaggi controllati da parte di musicologi: come un musicologo affronta la scelta delle parole atte a etichettare i dati musicologici o descrivere il contenuto di documenti musicologici? Una formazione è necessaria? Come i musicologi possono collaborare con specialisti della documentazione o sistemi automatizzati che realizzano linguaggi controllati per codificare i dati?
  • questioni di scelta e utilizzo di software specifici per la costruzione di linguaggi controllati: quali sono gli strumenti software più efficaci e/o convenienti?
  • riuso e condivisione di thesauri e linguaggi controllati: i termini necessari sono così settoriali da poter essere gestiti solo in strumenti appositamente creati o è possibile derivarli anche da strumenti più ampi o di altri progetti? Ci sono esperienze di condivisione e riuso, di integrazione tra strumenti generalisti e specialistici oppure messa in comune di terminologia specifica tra progetti in corso o conclusi?
  • utilizzo dei linguaggi controllati da parte delle macchine e dell’intelligenza artificiale: come i linguaggi controllati supportano l’interoperabilità semantica tra progetti che condividono dati sul web?

Il convegno sarà articolato su due giornate:

  • La prima giornata sarà aperta al pubblico e dedicata alle presentazioni delle relazioni selezionate: i relatori saranno invitati a illustrare i loro progetti, a scopo di approfondire gli interrogativi sopra menzionati;
  • La seconda giornata, sotto forma di un workshop, sarà riservata ai relatori che discuteranno tra loro basandosi sui documenti di lavoro che verranno loro distribuiti, evidenziando punti in comune, suggerimenti e preparando domande per una discussione più approfondita sugli aspetti tecnici e gli strumenti. I documenti di lavoro saranno distribuiti con almeno due settimane di anticipo, così da fornire ai partecipanti un lasso di tempo per la lettura preventiva, al fine di  consentire uno scambio sostanziale.

Le lingue del convegno sono l’italiano, il francese e l’inglese.

Calendario

  • 10 Marzo 2024: deadline per l’invio delle proposte da inviare all’indirizzo linguaggicontrollati.musica@gmail.com. Formato atteso per le proposte: 
    • un abstract di massimo 1500 battute spazi inclusi; 
    • un curriculum di massimo 500 battute spazi inclusi per ogni relatore;
    • lista delle necessità tecniche e le informazioni di contatto (e-mail e recapito telefonico) di tutti i presentatori. 
  • 30 marzo 2024: notifiche accettazione da parte del Comitato Scientifico
  • 28 aprile 2024: consegna dei working papers
  • 19 maggio 2024: diffusione dei working papers tra i relatori selezionati

È prevista la pubblicazione delle relazioni.

> Scarica il poster

Comitato Scientifico

Luca Aversano, Università degli Studi Roma Tre
Michela Berti, Conservatorio Statale di Musica “L. Refice” di Frosinone
Thomas Bottini, IReMus — Institut de Recherche en Musicologie
Stefano Campagnolo, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Paola Castellucci, Sapienza Università di Roma
Achille Davy-Rigaux, CNRS Centre national de la recherche scientifique
Joann Élart, Université de Rouen Normandie
Anne-Madeleine Goulet, CESR – Tours (UMR 7323 du CNRS)
Manuela Grillo, Sapienza Università di Roma
Anna Lucarelli, Biblioteca nazionale centrale di Firenze
Elda Merenda, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Francesca Tomasi, Alma Mater Studiorum Università di Bologna
Philippe Vendrix, CESR – Tours (UMR 7323 du CNRS)

Comitato organizzativo

Michela Berti, Conservatorio Statale di Musica “L. Refice” di Frosinone
Thomas Bottini, IReMus — Institut de Recherche en Musicologie
Achille Davy-Rigaux, CNRS Centre national de la recherche scientifique
Angelina De Salvo, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Joann Élart, Université de Rouen Normandie
Manuela Grillo, Sapienza Università di Roma
Elda Merenda, Biblioteca nazionale centrale di Roma

Istituzioni e Progetti di ricerca coinvolti

Musica2, Consortium en musicolologie numérique, Hum-Num, CNRS
Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Ricercar-Lab (UMR 7323, CNRS, Tours)
Institut de recherche en Musicologie (UMR 8223, CNRS, Sorbonne Université, BnF, ministère de la Culture)
Biblioteca nazionale centrale di Roma
Biblioteca nazionale centrale di Firenze
École française de Rome
ERC PerformArt
Ass.I.Ter. Associazione Italiana per la Terminologia
SISBB Società Italiana di Scienze Bibliografiche e Biblioteconomiche
Société française de musicologie
Società italiana di Musicologia

           

Des langages contrôlés pour le patrimoine musical : état de l’art, outils, perspectives

Appel à communications IT EN

Rome, Biblioteca Nazionale Centrale di Roma, 3-4 juin 2024 

Nombreux sont aujourd’hui les projets de recherche dans les domaines des arts du spectacle et du patrimoine musical qui utilisent des outils numériques pour la collecte, l’organisation, l’interrogation et l’analyse des données.

Or, s’ils ont généré une masse de données accessible à la communauté, force est de constater que la faible diffusion de la culture de la standardisation dans le domaine de la musicologie a pour conséquence directe leur faible partage et la présence modeste des données musicales dans le web sémantique. Le dialogue entre les projets de recherche menés dans la discipline au niveau européen et international est actuellement très limité, précisément aussi à cause de la diversité des langages et des standards utilisés.

C’est ici qu’interviennent les langages contrôlés sur lesquels ces Journées d’étude entendent se concentrer. Il apparaît en effet utile de mettre en place des outils d’organisation de la connaissance (KOS, Knowledge Organisation System) afin de garantir une recherche d’informations efficace et large. Cela doit conduire à une double réflexion portant sur les outils les plus adaptés pour récupérer et rendre utilisable cette énorme masse de données, d’une part, et sur les langages à utiliser et l’interopérabilité des formats pour une gestion FAIR des données musicales, d’autre part. Par ailleurs, l’intérêt et les enjeux des langages contrôlés en musicologie résident aussi dans leur fonction de définition de la sémantique du domaine spécifique de la musicologie, que les outils conceptuels (ontologies) enrichissent afin de permettre leur modélisation.

L’objectif de ces Journées d’étude sera d’établir un état de l’art des langages contrôlés en musicologie, c’est-à-dire des langages documentaires, basés sur des outils tels que les lemmaires, les vocabulaires contrôlés, les taxonomies, les thésaurus, classifications, etc. À partir de la présentation de recherches et de projets dans le domaine des humanités numériques en musicologie, en cours ou achevés, il s’agira de faire émerger à la fois les bonnes pratiques et les aspects problématiques afin d’identifier des méthodologies de travail efficaces et partageables pour l’avenir.

On cherchera en particulier à explorer les questions suivantes (liste non limitative) :

  • Retours d’expériences pour la conception de thésaurus et de langages contrôlés : quelle a été la terminologie fixée comme point de départ, quelle réflexion sur l’utilisation, le type d’utilisateurs, les langues de développement ?
  • Les problématiques terminologiques intervenues dans la construction de thésaurus et de langages contrôlés, à la fois dans une perspective synchronique et diachronique : quelles sont les particularités de la description de documents, des ressources ou de données musicologiques du passé par rapport à la musicologie contemporaine ? La perspective diachronique est-elle utile pour retracer les étapes fondamentales de l’évolution sémantique d’un domaine musicologique spécifique ?
  • Les principes d’indexation et d’utilisation des langages contrôlés : comment utiliser les langages contrôlés préparés ? Avec quel niveau de détail ? Pour indexer quoi ?
  • Comment les musicologues abordent-ils le choix des mots pour étiqueter les données musicologiques ou décrire le contenu des documents musicologiques ? Une formation a-t-elle été nécessaire ?
  • Le choix et l’utilisation de logiciels spécifiques pour la construction de langages contrôlés : quels sont les outils logiciels les plus efficaces et/ou les plus adaptés ?
  • La réutilisation et le partage des thésaurus et des langues contrôlées : tous les termes nécessaires sont-ils vraiment spécifiques ou est-il possible de les emprunter à d’autres projets ? Existe-t-il des expériences de partage et de réutilisation, d’intégration entre outils généralistes et spécialisés ou de mise en commun de terminologies spécifiques entre projets en cours ou achevés ?
  • Les modalités d’utilisation des langages contrôlés par les machines et l’intelligence artificielle : comment les langages contrôlés soutiennent-ils l’interopérabilité sémantique entre les projets partageant des données sur le web ?

Les journées d’étude se dérouleront selon l’organisation suivante :

  • le premier jour sera ouvert à des présentations publiques : les participants seront invités à présenter leurs projets, à des fins d’illustrations des questionnements ci-dessus ;
  • le deuxième jour, sous la forme d’un atelier, sera réservé aux participants : en vue d’une discussion plus approfondie sur les aspects techniques et les outils, ils discuteront entre eux à partir des documents de travail qui leur seront distribués, en soulignant les points communs, les suggestions et en préparant des questions.

Les documents de travail seront distribués deux semaines à l’avance, afin de donner aux participants suffisamment de temps pour se préparer et pour qu’un échange substantiel puisse avoir lieu.

Langues du colloque : italien, français, anglais.

Calendrier

  • 10 mars 2024 : date limite pour l’envoi des propositions à linguaggicontrollati.musica@gmail.com. Forme attendue des propositions :
    • résumé d’un maximum de 1500 caractères espaces compris,
    • CV d’un maximum de 500 caractères espaces compris, pour chaque participant,
    • adresse électronique de tous les présentateurs,
    • indication du matériel nécessaire pour la présentation.
  • 30 mars 2024 : notification de l’acceptation par le comité scientifique.
  • 28 avril 2024 : remise des documents de travail.
  • 19 mai 2024 : diffusion des documents de travail parmi les participants sélectionnés.

Une publication issue de ces travaux sera envisagée.

> Téléchargez l’affiche

Comité scientifique

Luca Aversano, Università degli Studi Roma Tre
Michela Berti, Conservatorio Statale di Musica “L. Refice” di Frosinone
Thomas Bottini, IReMus — Institut de Recherche en Musicologie
Stefano Campagnolo, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Paola Castellucci, Sapienza Università di Roma
Achille Davy-Rigaux, CNRS Centre national de la recherche scientifique
Joann Élart, Université de Rouen Normandie
Anne-Madeleine Goulet, CESR – Tours (UMR 7323 du CNRS)
Manuela Grillo, Sapienza Università di Roma
Anna Lucarelli, Biblioteca nazionale centrale di Firenze
Elda Merenda, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Francesca Tomasi, Alma Mater Studiorum Università di Bologna
Philippe Vendrix, CESR – Tours (UMR 7323 du CNRS)

Comité d’organisation

Michela Berti, Conservatorio Statale di Musica “L. Refice” di Frosinone
Thomas Bottini, IReMus — Institut de Recherche en Musicologie
Achille Davy-Rigaux, CNRS Centre national de la recherche scientifique
Angelina De Salvo, Biblioteca nazionale centrale di Roma
Joann Élart, Université de Rouen Normandie
Manuela Grillo, Sapienza Università di Roma
Elda Merenda, Biblioteca nazionale centrale di Roma

Institutions et Programmes de recherche impliqués

Musica2, Consortium en musicolologie numérique, Hum-Num, CNRS
Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Ricercar-Lab (UMR 7323, CNRS, Tours)
Institut de recherche en Musicologie (UMR 8223, CNRS, Sorbonne Université, BnF, ministère de la Culture)
Biblioteca nazionale centrale di Roma
Biblioteca nazionale centrale di Firenze
École française de Rome
ERC PerformArt
Ass.I.Ter. Associazione Italiana per la Terminologia
SISBB Società Italiana di Scienze Bibliografiche e Biblioteconomiche
Société française de musicologie
Società italiana di Musicologia

   

Bases des institutions, genres et imprimeurs du CMBV

Bases des compositeurs et musiciens du CMBV

Musica2 à la journée des consortiums

Condorcet, 29 janvier 2024

Le CoPil de Musica2 a participé à la journée des consortiums d’Huma Num IR* en janvier dernier. Bilan et perspectives de l’infrastructure et des dix consortiums labellisés, discussion avec quelques membres du conseil scientifique.

Notre intervention a été l’occasion de présenter les réflexions entreprises et à venir dans le cadre des ateliers animés dans les différents GT, pour lesquels il a été rappelé sommairement les axes de travail.

Nous avons surtout souhaité mettre en avant les livrables que nous proposons de produire cette année (annuaire, Workflows SSH OMP, MusicaSearch, guides des bonnes pratiques) et de souligner les actions notables (formation universitaire, relations et partenariats, journées romaines en juin 2024).

Vous trouverez une synthèse de notre communication, en visionnant notre support-vidéo :

Dates des prochains ateliers de Musica2

13 février 2024, 13h30-16h30 > atelier GT1-GT2 > usage du MEI dans le travail sur les éditions critiques, en présentiel à l’IReMus / BnF et en visio

Contact : augustin(point)braud(arobase)cnrs(point)fr

29 février 2024, 14h-17h > atelier GT2-GT4 > archives contemporaines et CIDOC-CRM, en présentiel à l’IReMus / BnF et en visio

Contact : pierre(point)couprie(arobase)univ-evry(point)fr

25 mars 2024, 9h30-11h30 > atelier #2 du GT3 > formations universitaires en musicologie et place du numérique, en visio

Contact : joann(point)elart(arobase)univ-rouen(point)fr

GT3 > Atelier #1 > Annuaire

Le premier atelier du GT3 a eu lieu lundi 15 janvier en visio. Consacré à la réalisation d’un annuaire des projets numériques en musicologie, il visait plus particulièrement à présenter ce projet et à valider un modèle de fiche à renseigner.

L’annuaire a vocation à informer notre communauté (enseignants, chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, étudiants, développeurs) autant sur les outils numériques que sur les corpus disponibles en ligne, ressources souvent isolées sur nos sites de laboratoire. Il vise à mettre à disposition et centraliser des ressources, non seulement auprès de notre communauté et nos partenaires, mais plus largement auprès des musicologues et plus particulièrement des enseignants à l’université (cours de culture numérique ou méthodologie numérique en licence et master, mais également, accompagnement des doctorants et des docteurs dans leur démarche numérique liée à leur pratique de la recherche).

L’annuaire sera publié dans un premier temps sur le carnet de recherche Musica2 hébergé par Hypoteses.org, solution pérenne facilitant la gestion au fil de l’eau de cette publication. Un nouveau menu permet un accès direct aux fiches publiées.

Vous trouverez en pièce jointe le modèle de fiche (Fiche annuaire Musica2) à remplir et à renvoyer à Joann Élart  > joann.elart(arobase)univ-rouen(point)fr. Il assurera le secrétariat et le suivi de publication. Naturellement, toutes les rubriques citées ne sont pas nécessairement à remplir : c’est une trame organisée qui peut être modifiée en fonction de votre projet. Nous insistons sur le type de fiches que nous attendons :

  • celles de projets / corpus numériques visibles aujourd’hui, donc actifs ;
  • celles de projets / corpus anciens qui ne seraient plus visibles ;
  • celles de projets n’ayant pas dépassé le stade du financement (par ex., données recueillies dans un tableur mais non exposées sur le web) ;
  • celles de projets en cours de réalisation / de construction.

À titre d’exemple, vous pouvez découvrir une fiche entièrement rédigée, celle du projet Dezède en cliquant sur ce lien. Un autre clic sur le menu Annuaire vous permet d’accéder à sa présentation et aux tables qui s’enrichiront au fil des publications par les thèmes et les mots-clés que vous voudrez bien nous communiquer.

Échéance. Dès que possible et le plus possible, avant les journées annuelles de Musica2 en juin / juillet 2024. L’annuaire sera présenté au comité scientifique d’Huma-Num comme un des livrables de 2024.

GT2 > atelier #3

Ajouté : BNFBNF

BnF, IReMus, 23 novembre 2023

Le troisième atelier du GT2 (ontologies, thesauri, catalogage) proposé par Augustin Braud, Thomas Bottini et Achile Davy-Rigaux était dédié à la prosopographie et plus particulièrement aux procédés d’identification et définition des auteurs, lieux et cadres sociétaux. La prosopographie est un enjeu central des projets en sciences humaines et sociales, et en particulier en musicologie.

Ajouté : définition de la prosopographie : étude biographique visant à souligner les caractères communs d’un groupe d’acteurs historiques, qu’est-ce qui fait réseau ?

Une définition de prosopographie est proposée en préambule : étude biographique visant à souligner les caractères communs d’un groupe d’acteurs historiques . Une série de questions ont animé les discussions  : quelles sont les situations où les enjeux prosopographiques sont importants ? Comment vient-on à utiliser une méthodologie prosopographique ? Quand l’outil prosopographique est-il nécessaire ? Quelle est la méthodologie appliquée dans le cadre d’une recherche prosopographique ? Faut-il systématiser une méthode ? Faut-il définir une méthodologie-type, quelles sont étapes et leur ordre, les éléments à posséder en amont ? etc.

Les débats ont abordé la question de distinction entre personne physique ou morale / institution, celles du personnage mythologique ou du rôle, du statut ou de la fonction d’une personne. Ils ont été illustrés par des exemples d’approches choisis parmi les sites ayant élaboré une approche prosopographique. Enfin, il a été question de modélisation en Cidoc-CRM.

Exemples de modélisations prosopographiques à l’aide de l’ontologie Cidoc-CRM

1. une personne ayant fréquenté un lieu

2. une personne ayant rencontré une autre personne dans un lieu qu’ils on tous deux fréquentés

Ajouté :Participant·e·s

Augustin Braud et Thomas Bottini, organisateurs (IReMus) ; Guillaume Avocat (CESR, base MUSEFREM) ; Aurélien Balland (Chatignon) ; Nathalie Berton-Blivet (IReMus) ; Christophe Corbier (archives sonores et écrites Hubert Pernot) ; Achille Davy-Rigaux (IReMus, base MUSEFREM) ; Sarra Ferjani (CESR, base Ricercar) ; Nancy Hachem (IReMus, SFM) ; Marco Gurrieri (IReMus, MEI) ; Jonathan Parisi (IRCL, Dezède, Mediabase Bru Zane) ; Lucia Pasini (Haute École de Berne, Répertoire de la mélodie française importé dans la base Dezède) ; Suzy Piat (CESR, base Ricercar) ; Théodora Psychoyou (IReMus) ; Kévin Roger (Biblissima+, MEI) ; Aurélie Vasile (MSH Clermont-Ferrand, base Spectacles de curiosités).

GT4 > Numérisation et archivage des musiques contemporaines

La journée annuelle du GT4 s’est tenue à l’université Jean Monnet Saint-Étienne le 17 novembre 2024 et a regroupé une grande communauté des musicologues spécialisés dans le domaine des musiques contemporaines, en plus de plusieurs membres du GT2 et du GT3. Organisée par Laurent Pottier et Viviane Waschbusch, elle proposait un programme en deux parties.

Dans un premier temps, en matinée, différents exposés de projets ont été proposés : Alexandre Michaan a présenté les archives ArtZoyd, en posant la question de la sauvegarde des œuvres contemporaines utilisant des dispositifs électroniques obsolètes, renvoyant au projet de base de données EULALIE développée sur HEURIST (pour aller plus loin).

Le fonds Iannis Xenakis conservé à la BU de Rouen (GRHIS) a ensuite été évoqué par Cyrille Delhaye, qui travaille sur les technologies Nakala et OmekaS, interrogeant l’avenir d’un tel projet déjà bien inscrit dans le paysage des humanités numériques en musicologie (pour aller plus loin). Pilote du GT3, Joann Élart a tracé un parcours sur les musiques contemporaines dans la base de données Dezède, porté par les universités de Rouen Normandie, de Montpellier et de Toulouse (pour aller plus loin). Laurent Pottier, Jacques Warnier et Serge Lemouton ont ensuite fait le point sur le développement de la base Antony, projet lancé en 2018 à Saint-Étienne, portant sur l’Archivage collaboratif et la préservation créative des œuvres de musique informatique. Vincent Tiffon a enchaîné sur le fonds Jean-Claude Risset conservé à Aix-Marseille, sur le traitement des trois dépôts du compositeur et de la famille, avant numérisation et valorisation numérique. Jean-François Trubert dresse un état inquiétant sur l’avenir des archives du CIRM à Nice, l’un des huit Centres Nationaux de Création Musicale qui a cessé son activité. Maxence Mercier s’est arrêté ensuite sur le fonds de l’IMEB, l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges, centre ayant également cessé son activité. Les fonds des organismes de musique de création du Québec ont été abordés par Ariane Couture, en résumant le traitement des archives du SMCQ depuis 1966 à partir des éphémères comme les programmes ou les brochures (pour aller plus loin).

Dans un second temps, dans l’après-midi, trois ateliers ont été dressés en parallèle : le premier dirigé par Viviane Wasbusch sur la gestion des droits de la documentation exploitée par les musicologues ; le second, en présence de Thomas Bottini et Augustin Braud du GT2, a prolongé les travaux de ce GT sur la problématique particulière des musiques contemporaines : comment bâtir une ontologie et un thesaurus des musiques avec électronique ? ;  le troisième piloté par Laurent Pottier s’est interrogé sur les bases de données partagées interopérables, en présence de Joann Élart du GT3 (base de données).

Enfin, une restitution des ateliers est faite en fin de journée, démontrant le rôle fondamental que joue Musica2, en établissant pour la première fois des liens constructifs entre différentes équipes de recherche isolées et dispersées sur tout le territoire. La plupart des projets du GT4 formulent en somme les mêmes attentes : des fonds d’archives de compositeurs ou de centres, qui posent des problèmes de droit d’auteur, numérisés ou en cours de numérisation, constituant des collections qu’il faut exposer en ligne au sein d’un outil de valorisation, un CMS adopté, voire dans certains cas, une base de données.

Étaient présent·e·s, de gauche à droite : Laurent Pottier (université Jean Monnet Saint-Étienne), Augustin Braud (IreMus), Jacques Warnier (CNSMDP), Cyrille Delhaye (Rouen, GRHIS), Viviane Washbush (université Jean Monnet Saint-Étienne), une étudiante, Vincent Tiffon (Université d’Aix-Marseille), Kevin Dahan (Université Gustave Eiffel), Maxence Mercier, Pierre Couprie (Université d’Évry), Sonia Guérin-Hamdi (MSH Lyon-Saint-Étienne), Delphine Vincent (université de Fribourg), Orline Poulat (MSH Lyon-Saint-Étienne), Thomas Bottini (IReMus), Louisa Martin Chevalier (Paris-Sorbonne) ; et en visio : Alexandre Michaan, Serge Lemouton (IRCAM), Jean-François Trubert (université de Nice), Ariane Couture (Québec) ; et derrière l’objectif : Joann Élart (université de Rouen Normandie).

 

GT4 > Archives et numérisation de la musique contemporaine

Journée d’études et d’atelier, 17 novembre 2023, 9h-16h

Centre des Savoirs et de l’innovation (salles L203, L204, L205)

Bâtiment Les Forges – Université Jean Monnet – Campus Manufacture

11, rue du Docteur Rémy Annino – 42000 Saint-Étienne

 

PROGRAMME

9h-10h50 – Les bases de données sur le répertoire contemporain, outils, normes, interopérabilité (salle L203)

  • 9h – Accueil / ouverture de la journée
  • 9h10 – Les archives ArtZoyd, le système Eulalie et l’ontologie Doremus (Alexandre Michaan [visio])
  • 9h35 – Centre-iannis-xenakis.org : passage au web sémantique (Omeka S) (Cyrille Delhaye)
  • 10h – Dezède et le répertoire contemporain (Joann Élart)
  • 10h25 – La base Antony (Laurent Pottier, S. Lemouton [visio] et Warnier)

11h-13h – Fonds à sauvegarder d’urgence (salle L203)

  • 11h – Le fonds Jean-Claude Risset (Vincent Tiffon)
  • 11h20 – Le fonds du CIRM (Jean-François Trubert)
  • 11h40 – Le fonds du GMEM (Laurent Pottier)
  • 12h – Le fonds de l’IMEB (Maxence Mercier)
  • 12h20 – Le fonds de l’EOC (Viviane Waschbusch et Orline Poulat)
  • 12h40 – Les fonds des organismes de musique de création du Québec (Ariane Couture [visio])

13h – Repas : fabuleuse cantine

14h15 – Trois ateliers en parallèle

  1. Atelier 1 : « Gérer les droits des documents » (salle L203) avec Jacques Warnier, Viviane Waschbusch, Cyrille Delhaye, Jérémie Leroy-Ringuet
  2. Atelier 2 : « Bâtir une ontologie/un thesaurus des musiques avec électronique » (salle L204) avec Pierre Couprie, Vincent Tiffon, Leigh Landy [visio], Maxence Mercier, Thomas Bottini
  3. Atelier 3 : « Développer une base de données partagée interopérable » (salle L205) avec Serge Lemouton [visio], Joann Élart, Sonia Guerin-Hamdi, Orline Poulat, Laurent Pottier

15h15 – Table ronde : « Projet GT4 2024 (actions-budget) » (salle L203)

16h – Fin de la journée

GT1, tour de France de la MEI, étape #5 : Strasbourg !

Strasbourg, 27 octobre 2023

Après Metz, Dijon, Rouen et Montpellier, Vincent Besson s’est arrêté à Strasbourg pour poursuivre le tour de France de la MEI, avec toujours la même envie de présenter cette technologie aux étudiants des départements de musicologie de France. Cette journée organisée par Aurelio Bianco et Anne-Sylvie Barthel-Calvet à l’université de Strasbourg le 27 octobre 2023 a proposé aux étudiants trois sessions de présentation et d’échanges :

8h30-10h > contextualisation / guides de bonnes pratiques


10h30-12h > le code MEI / expérimentation


13h30-15 h > exemples / Workflow

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search