MusicaSearch

Le moteur de recherche de la musicologie numérique

Le consortium Musica2 souhaite donner plus de visibilité à des projets et corpus numériques dispersés sur un vaste territoire, rattachés à de multiples unités de recherche et organisations, déconnectées les unes des autres. Pour cela, la mise en œuvre d’un outil de recherche et de moissonnage des sites et des corpus partenaires faciliterait une recherche plurielle, en même temps qu’il créerait du lien entre les projets aujourd’hui isolés. C’est pourquoi Musica2 pilote le développement du métamoteur de recherche MusicaSearch pour interroger les données exposées dans les différents sites partenaires du consortium possédant des points d’accès variés (API, OAI- PMH, sparql endpoint, etc.)

Hébergé sur les serveurs d’Huma-Num, l’outil permettra d’interroger les données personnes, ensembles, œuvres musicales et spectacles des différents corpus et partenaires du consortium, mais également les données de sites généralistes comme Data.bnf.fr. MusicaSearch souhaite ainsi faciliter la recherche pour les étudiants, les chercheurs, les enseignants, les mélomanes, les musiciens.

Les résultats seront affichés sous le moteur de recherche, sur la même page et sous forme de liste proposant : 1) le logo du site ou du corpus hébergeant la donnée ; 2) le type de données filtrées ; 3) la donnée et son URL, permettant de distinguer telle forme du nom de telle autre.

Dans le cas de « berlioz », différents résultats sont renvoyés par les trois sites dans notre exemple : il s’agit ainsi de distinguer, dans Dezède, Hector de sa seconde épouse, mais également du pianiste Gabriel-Pierre qui portait le prénom de Berlioz ; il s’agit également de croiser les bases, car apparaissent au premier coup d’œil les deux entrées de Marie Berlioz dans Dezède et la Mediabase Bru Zane. Naturellement, une requête plus fine, combinant « hector » et « berlioz » exclurait les autres résultats, pour ne conserver que les données propres à Hector Berlioz.

La seconde vocation de cet outil est de bâtir des passerelles entre des sites ou des corpus cousins et partenaires du consortium. Pour les sites intéressés, il s’agira d’installer dans les tables d’autorités des deux sites des iframes permettant un accès direct aux résultats reconnus automatiquement, via le moteur de recherche, dans le site cousin. Voici une mise en situation de ces iframes, à titre d’exemple.

Un appel d’offres vient d’être lancé pour la livraison finale du prototype en mai prochain.

Dates des prochains ateliers de Musica2

13 février 2024, 13h30-16h30 > atelier GT1-GT2 > usage du MEI dans le travail sur les éditions critiques, en présentiel à l’IReMus / BnF et en visio

Contact : augustin(point)braud(arobase)cnrs(point)fr

29 février 2024, 14h-17h > atelier GT2-GT4 > archives contemporaines et CIDOC-CRM, en présentiel à l’IReMus / BnF et en visio

Contact : pierre(point)couprie(arobase)univ-evry(point)fr

25 mars 2024, 9h30-11h30 > atelier #2 du GT3 > formations universitaires en musicologie et place du numérique, en visio

Contact : joann(point)elart(arobase)univ-rouen(point)fr

GT3 > Atelier #1 > Annuaire

Le premier atelier du GT3 a eu lieu lundi 15 janvier en visio. Consacré à la réalisation d’un annuaire des projets numériques en musicologie, il visait plus particulièrement à présenter ce projet et à valider un modèle de fiche à renseigner.

L’annuaire a vocation à informer notre communauté (enseignants, chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, étudiants, développeurs) autant sur les outils numériques que sur les corpus disponibles en ligne, ressources souvent isolées sur nos sites de laboratoire. Il vise à mettre à disposition et centraliser des ressources, non seulement auprès de notre communauté et nos partenaires, mais plus largement auprès des musicologues et plus particulièrement des enseignants à l’université (cours de culture numérique ou méthodologie numérique en licence et master, mais également, accompagnement des doctorants et des docteurs dans leur démarche numérique liée à leur pratique de la recherche).

L’annuaire sera publié dans un premier temps sur le carnet de recherche Musica2 hébergé par Hypoteses.org, solution pérenne facilitant la gestion au fil de l’eau de cette publication. Un nouveau menu permet un accès direct aux fiches publiées.

Vous trouverez en pièce jointe le modèle de fiche (Fiche annuaire Musica2) à remplir et à renvoyer à Joann Élart  > joann.elart(arobase)univ-rouen(point)fr. Il assurera le secrétariat et le suivi de publication. Naturellement, toutes les rubriques citées ne sont pas nécessairement à remplir : c’est une trame organisée qui peut être modifiée en fonction de votre projet. Nous insistons sur le type de fiches que nous attendons :

  • celles de projets / corpus numériques visibles aujourd’hui, donc actifs ;
  • celles de projets / corpus anciens qui ne seraient plus visibles ;
  • celles de projets n’ayant pas dépassé le stade du financement (par ex., données recueillies dans un tableur mais non exposées sur le web) ;
  • celles de projets en cours de réalisation / de construction.

À titre d’exemple, vous pouvez découvrir une fiche entièrement rédigée, celle du projet Dezède en cliquant sur ce lien. Un autre clic sur le menu Annuaire vous permet d’accéder à sa présentation et aux tables qui s’enrichiront au fil des publications par les thèmes et les mots-clés que vous voudrez bien nous communiquer.

Échéance. Dès que possible et le plus possible, avant les journées annuelles de Musica2 en juin / juillet 2024. L’annuaire sera présenté au comité scientifique d’Huma-Num comme un des livrables de 2024.

GT4 > Numérisation et archivage des musiques contemporaines

La journée annuelle du GT4 s’est tenue à l’université Jean Monnet Saint-Étienne le 17 novembre 2024 et a regroupé une grande communauté des musicologues spécialisés dans le domaine des musiques contemporaines, en plus de plusieurs membres du GT2 et du GT3. Organisée par Laurent Pottier et Viviane Waschbusch, elle proposait un programme en deux parties.

Dans un premier temps, en matinée, différents exposés de projets ont été proposés : Alexandre Michaan a présenté les archives ArtZoyd, en posant la question de la sauvegarde des œuvres contemporaines utilisant des dispositifs électroniques obsolètes, renvoyant au projet de base de données EULALIE développée sur HEURIST (pour aller plus loin).

Le fonds Iannis Xenakis conservé à la BU de Rouen (GRHIS) a ensuite été évoqué par Cyrille Delhaye, qui travaille sur les technologies Nakala et OmekaS, interrogeant l’avenir d’un tel projet déjà bien inscrit dans le paysage des humanités numériques en musicologie (pour aller plus loin). Pilote du GT3, Joann Élart a tracé un parcours sur les musiques contemporaines dans la base de données Dezède, porté par les universités de Rouen Normandie, de Montpellier et de Toulouse (pour aller plus loin). Laurent Pottier, Jacques Warnier et Serge Lemouton ont ensuite fait le point sur le développement de la base Antony, projet lancé en 2018 à Saint-Étienne, portant sur l’Archivage collaboratif et la préservation créative des œuvres de musique informatique. Vincent Tiffon a enchaîné sur le fonds Jean-Claude Risset conservé à Aix-Marseille, sur le traitement des trois dépôts du compositeur et de la famille, avant numérisation et valorisation numérique. Jean-François Trubert dresse un état inquiétant sur l’avenir des archives du CIRM à Nice, l’un des huit Centres Nationaux de Création Musicale qui a cessé son activité. Maxence Mercier s’est arrêté ensuite sur le fonds de l’IMEB, l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges, centre ayant également cessé son activité. Les fonds des organismes de musique de création du Québec ont été abordés par Ariane Couture, en résumant le traitement des archives du SMCQ depuis 1966 à partir des éphémères comme les programmes ou les brochures (pour aller plus loin).

Dans un second temps, dans l’après-midi, trois ateliers ont été dressés en parallèle : le premier dirigé par Viviane Wasbusch sur la gestion des droits de la documentation exploitée par les musicologues ; le second, en présence de Thomas Bottini et Augustin Braud du GT2, a prolongé les travaux de ce GT sur la problématique particulière des musiques contemporaines : comment bâtir une ontologie et un thesaurus des musiques avec électronique ? ;  le troisième piloté par Laurent Pottier s’est interrogé sur les bases de données partagées interopérables, en présence de Joann Élart du GT3 (base de données).

Enfin, une restitution des ateliers est faite en fin de journée, démontrant le rôle fondamental que joue Musica2, en établissant pour la première fois des liens constructifs entre différentes équipes de recherche isolées et dispersées sur tout le territoire. La plupart des projets du GT4 formulent en somme les mêmes attentes : des fonds d’archives de compositeurs ou de centres, qui posent des problèmes de droit d’auteur, numérisés ou en cours de numérisation, constituant des collections qu’il faut exposer en ligne au sein d’un outil de valorisation, un CMS adopté, voire dans certains cas, une base de données.

Étaient présent·e·s, de gauche à droite : Laurent Pottier (université Jean Monnet Saint-Étienne), Augustin Braud (IreMus), Jacques Warnier (CNSMDP), Cyrille Delhaye (Rouen, GRHIS), Viviane Washbush (université Jean Monnet Saint-Étienne), une étudiante, Vincent Tiffon (Université d’Aix-Marseille), Kevin Dahan (Université Gustave Eiffel), Maxence Mercier, Pierre Couprie (Université d’Évry), Sonia Guérin-Hamdi (MSH Lyon-Saint-Étienne), Delphine Vincent (université de Fribourg), Orline Poulat (MSH Lyon-Saint-Étienne), Thomas Bottini (IReMus), Louisa Martin Chevalier (Paris-Sorbonne) ; et en visio : Alexandre Michaan, Serge Lemouton (IRCAM), Jean-François Trubert (université de Nice), Ariane Couture (Québec) ; et derrière l’objectif : Joann Élart (université de Rouen Normandie).

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search