Dates des prochains ateliers de Musica2

13 février 2024, 13h30-16h30 > atelier GT1-GT2 > usage du MEI dans le travail sur les éditions critiques, en présentiel à l’IReMus / BnF et en visio

Contact : augustin(point)braud(arobase)cnrs(point)fr

29 février 2024, 14h-17h > atelier GT2-GT4 > archives contemporaines et CIDOC-CRM, en présentiel à l’IReMus / BnF et en visio

Contact : pierre(point)couprie(arobase)univ-evry(point)fr

25 mars 2024, 9h30-11h30 > atelier #2 du GT3 > formations universitaires en musicologie et place du numérique, en visio

Contact : joann(point)elart(arobase)univ-rouen(point)fr

GT4 > Numérisation et archivage des musiques contemporaines

La journée annuelle du GT4 s’est tenue à l’université Jean Monnet Saint-Étienne le 17 novembre 2024 et a regroupé une grande communauté des musicologues spécialisés dans le domaine des musiques contemporaines, en plus de plusieurs membres du GT2 et du GT3. Organisée par Laurent Pottier et Viviane Waschbusch, elle proposait un programme en deux parties.

Dans un premier temps, en matinée, différents exposés de projets ont été proposés : Alexandre Michaan a présenté les archives ArtZoyd, en posant la question de la sauvegarde des œuvres contemporaines utilisant des dispositifs électroniques obsolètes, renvoyant au projet de base de données EULALIE développée sur HEURIST (pour aller plus loin).

Le fonds Iannis Xenakis conservé à la BU de Rouen (GRHIS) a ensuite été évoqué par Cyrille Delhaye, qui travaille sur les technologies Nakala et OmekaS, interrogeant l’avenir d’un tel projet déjà bien inscrit dans le paysage des humanités numériques en musicologie (pour aller plus loin). Pilote du GT3, Joann Élart a tracé un parcours sur les musiques contemporaines dans la base de données Dezède, porté par les universités de Rouen Normandie, de Montpellier et de Toulouse (pour aller plus loin). Laurent Pottier, Jacques Warnier et Serge Lemouton ont ensuite fait le point sur le développement de la base Antony, projet lancé en 2018 à Saint-Étienne, portant sur l’Archivage collaboratif et la préservation créative des œuvres de musique informatique. Vincent Tiffon a enchaîné sur le fonds Jean-Claude Risset conservé à Aix-Marseille, sur le traitement des trois dépôts du compositeur et de la famille, avant numérisation et valorisation numérique. Jean-François Trubert dresse un état inquiétant sur l’avenir des archives du CIRM à Nice, l’un des huit Centres Nationaux de Création Musicale qui a cessé son activité. Maxence Mercier s’est arrêté ensuite sur le fonds de l’IMEB, l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges, centre ayant également cessé son activité. Les fonds des organismes de musique de création du Québec ont été abordés par Ariane Couture, en résumant le traitement des archives du SMCQ depuis 1966 à partir des éphémères comme les programmes ou les brochures (pour aller plus loin).

Dans un second temps, dans l’après-midi, trois ateliers ont été dressés en parallèle : le premier dirigé par Viviane Wasbusch sur la gestion des droits de la documentation exploitée par les musicologues ; le second, en présence de Thomas Bottini et Augustin Braud du GT2, a prolongé les travaux de ce GT sur la problématique particulière des musiques contemporaines : comment bâtir une ontologie et un thesaurus des musiques avec électronique ? ;  le troisième piloté par Laurent Pottier s’est interrogé sur les bases de données partagées interopérables, en présence de Joann Élart du GT3 (base de données).

Enfin, une restitution des ateliers est faite en fin de journée, démontrant le rôle fondamental que joue Musica2, en établissant pour la première fois des liens constructifs entre différentes équipes de recherche isolées et dispersées sur tout le territoire. La plupart des projets du GT4 formulent en somme les mêmes attentes : des fonds d’archives de compositeurs ou de centres, qui posent des problèmes de droit d’auteur, numérisés ou en cours de numérisation, constituant des collections qu’il faut exposer en ligne au sein d’un outil de valorisation, un CMS adopté, voire dans certains cas, une base de données.

Étaient présent·e·s, de gauche à droite : Laurent Pottier (université Jean Monnet Saint-Étienne), Augustin Braud (IreMus), Jacques Warnier (CNSMDP), Cyrille Delhaye (Rouen, GRHIS), Viviane Washbush (université Jean Monnet Saint-Étienne), une étudiante, Vincent Tiffon (Université d’Aix-Marseille), Kevin Dahan (Université Gustave Eiffel), Maxence Mercier, Pierre Couprie (Université d’Évry), Sonia Guérin-Hamdi (MSH Lyon-Saint-Étienne), Delphine Vincent (université de Fribourg), Orline Poulat (MSH Lyon-Saint-Étienne), Thomas Bottini (IReMus), Louisa Martin Chevalier (Paris-Sorbonne) ; et en visio : Alexandre Michaan, Serge Lemouton (IRCAM), Jean-François Trubert (université de Nice), Ariane Couture (Québec) ; et derrière l’objectif : Joann Élart (université de Rouen Normandie).

 

GT2 > Atelier #2

BNF et visio, 12 octobre 2023, 10h- 16h

Le deuxième atelier du GT2 (ontologies, thesauri, catalogage) porte sur la double thématique de l’indexation conceptuelle et des thesaurii (identification des thesaurii existants utiles à la musicologie, définition d’un workflow de gestion des données lexicales et conceptuelles, questions de modélisation, etc.), une problématique qui présente avec la première (atelier #1) une évidente porosité. La journée est organisée par Augustin Braud, Thomas Bottini et Achile Davy-Rigaux.

Participant·e·s. Michela Berti (Sapienza Università di Roma), Nathalie Berton-Blivet (IReMus), Christophe Corbier (EHESS), Joann Élart (université de Rouen Normandie / Musica2), Jean-François Goudesenne (IRHT / Biblissima+), Marco Gurrieri (IReMus), Nancy Hachem (IReMus), Louis Moreau-Gauchy (Philharmonie), Lucia Pasini (Bern University of applied sciences), Suzy Piat (CESER), Théodora Psychoyou (IReMus)

GT2 > Atelier #1

BNF et visio, 19 septembre 2023, 13h- 16h

Le premier atelier du GT2 (ontologies, thesauri, catalogage) était dédié à la modélisation des dates associées aux données musicologiques (création des œuvres, événements et vie des acteurs, périodes historiques, calendrier liturgique, etc.) Le projet Dezède propose une structure intéressante qui associe une date fixe au format relationnel et si besoin, une autre au format texte (date approximative, période historique, etc.), qu’elles soient précises ou approximatives.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search