Référentiels communs et identifiants pérennes

Référentiels et vocabulaires contrôlés

Le choix des référentiels demeure une étape particulièrement importante durant l’élaboration d’une base de données. C’est en effet à travers l’usage de référentiels partagés que les données pourront être facilement manipulées et croisées avec des données extérieures. Le paysage des humanités numériques comprend aujourd’hui différents thésaurus et vocabulaires visant à standardiser la sémantique de disciplines spécifiques. Loterre (CNRS/Inist), plateforme dédiée au partage de terminologies scientifiques, recense par exemple plusieurs vocabulaires, tels que ceux développés par le Getty pour l’histoire de l’art et l’archéologie.

Pérennité des référentiels musicologiques

Le recours à des référentiels communs est intimement lié à leur identification et pérennité dans le contexte du web. L’exemple le plus fréquent concerne l’identification des personnes. Par le biais d’identifiants numériques jugés pérennes (PIDs), de multiples référentiels d’autorités (VIAF, IdRef, ISNI ou encore Rameau) permettent de citer précisément des personnalités et, ainsi, de résoudre les ambiguïtés relevant de l’homonymie. L’appariement des référentiels (VIAF et BiblissimaData) permet dès lors “aux chercheurs d’identifier des noms, des lieux, des œuvres et des expressions tout en préservant les préférences régionales en matière de langue, d’orthographe et d’écriture”[2]. Par ailleurs, certains identifiants objets, entre autres DOI et ARK, s’accompagnent de métadonnées dans des schémas prédéfinis (ex. DC pour Ark).

Le domaine musical comprend peu de vocabulaires normalisés, qui plus est accompagnés d’identifiants pérennes. Certes, de nombreux compositeurs, interprètes ou encore éditeurs sont représentés dans les répertoires listés précédemment. Les identifiants objets demeurent cependant plus rares. Citons à ce propos le thesaurus MIMO, standard en matière d’organologie, MusicBrainz, qui recouvre les œuvres, les enregistrements ou encore les lieux de performance, ainsi que l’ISCR, pour les œuvres enregistrées. Les efforts de l’ANR Doremus sont, à ce propos, révélateurs de l’absence de vocabulaires contrôlés pérennes : plusieurs vocabulaires, parfois empruntés à d’anciens labels, ont à la fois été créés et pérennisés à l’aide d’URIs spécialement développés par Doremus (Diabolo, Itema3, Carrier Types, etc.).