GT4 > Numérisation et archivage des musiques contemporaines

La journée annuelle du GT4 s’est tenue à l’université Jean Monnet Saint-Étienne le 17 novembre 2024 et a regroupé une grande communauté des musicologues spécialisés dans le domaine des musiques contemporaines, en plus de plusieurs membres du GT2 et du GT3. Organisée par Laurent Pottier et Viviane Waschbusch, elle proposait un programme en deux parties.

Dans un premier temps, en matinée, différents exposés de projets ont été proposés : Alexandre Michaan a présenté les archives ArtZoyd, en posant la question de la sauvegarde des œuvres contemporaines utilisant des dispositifs électroniques obsolètes, renvoyant au projet de base de données EULALIE développée sur HEURIST (pour aller plus loin).

Le fonds Iannis Xenakis conservé à la BU de Rouen (GRHIS) a ensuite été évoqué par Cyrille Delhaye, qui travaille sur les technologies Nakala et OmekaS, interrogeant l’avenir d’un tel projet déjà bien inscrit dans le paysage des humanités numériques en musicologie (pour aller plus loin). Pilote du GT3, Joann Élart a tracé un parcours sur les musiques contemporaines dans la base de données Dezède, porté par les universités de Rouen Normandie, de Montpellier et de Toulouse (pour aller plus loin). Laurent Pottier, Jacques Warnier et Serge Lemouton ont ensuite fait le point sur le développement de la base Antony, projet lancé en 2018 à Saint-Étienne, portant sur l’Archivage collaboratif et la préservation créative des œuvres de musique informatique. Vincent Tiffon a enchaîné sur le fonds Jean-Claude Risset conservé à Aix-Marseille, sur le traitement des trois dépôts du compositeur et de la famille, avant numérisation et valorisation numérique. Jean-François Trubert dresse un état inquiétant sur l’avenir des archives du CIRM à Nice, l’un des huit Centres Nationaux de Création Musicale qui a cessé son activité. Maxence Mercier s’est arrêté ensuite sur le fonds de l’IMEB, l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges, centre ayant également cessé son activité. Les fonds des organismes de musique de création du Québec ont été abordés par Ariane Couture, en résumant le traitement des archives du SMCQ depuis 1966 à partir des éphémères comme les programmes ou les brochures (pour aller plus loin).

Dans un second temps, dans l’après-midi, trois ateliers ont été dressés en parallèle : le premier dirigé par Viviane Wasbusch sur la gestion des droits de la documentation exploitée par les musicologues ; le second, en présence de Thomas Bottini et Augustin Braud du GT2, a prolongé les travaux de ce GT sur la problématique particulière des musiques contemporaines : comment bâtir une ontologie et un thesaurus des musiques avec électronique ? ;  le troisième piloté par Laurent Pottier s’est interrogé sur les bases de données partagées interopérables, en présence de Joann Élart du GT3 (base de données).

Enfin, une restitution des ateliers est faite en fin de journée, démontrant le rôle fondamental que joue Musica2, en établissant pour la première fois des liens constructifs entre différentes équipes de recherche isolées et dispersées sur tout le territoire. La plupart des projets du GT4 formulent en somme les mêmes attentes : des fonds d’archives de compositeurs ou de centres, qui posent des problèmes de droit d’auteur, numérisés ou en cours de numérisation, constituant des collections qu’il faut exposer en ligne au sein d’un outil de valorisation, un CMS adopté, voire dans certains cas, une base de données.

Étaient présent·e·s, de gauche à droite : Laurent Pottier (université Jean Monnet Saint-Étienne), Augustin Braud (IreMus), Jacques Warnier (CNSMDP), Cyrille Delhaye (Rouen, GRHIS), Viviane Washbush (université Jean Monnet Saint-Étienne), une étudiante, Vincent Tiffon (Université d’Aix-Marseille), Kevin Dahan (Université Gustave Eiffel), Maxence Mercier, Pierre Couprie (Université d’Évry), Sonia Guérin-Hamdi (MSH Lyon-Saint-Étienne), Delphine Vincent (université de Fribourg), Orline Poulat (MSH Lyon-Saint-Étienne), Thomas Bottini (IReMus), Louisa Martin Chevalier (Paris-Sorbonne) ; et en visio : Alexandre Michaan, Serge Lemouton (IRCAM), Jean-François Trubert (université de Nice), Ariane Couture (Québec) ; et derrière l’objectif : Joann Élart (université de Rouen Normandie).

 

GT4 > Archives et numérisation de la musique contemporaine

Journée d’études et d’atelier, 17 novembre 2023, 9h-16h

Centre des Savoirs et de l’innovation (salles L203, L204, L205)

Bâtiment Les Forges – Université Jean Monnet – Campus Manufacture

11, rue du Docteur Rémy Annino – 42000 Saint-Étienne

 

PROGRAMME

9h-10h50 – Les bases de données sur le répertoire contemporain, outils, normes, interopérabilité (salle L203)

  • 9h – Accueil / ouverture de la journée
  • 9h10 – Les archives ArtZoyd, le système Eulalie et l’ontologie Doremus (Alexandre Michaan [visio])
  • 9h35 – Centre-iannis-xenakis.org : passage au web sémantique (Omeka S) (Cyrille Delhaye)
  • 10h – Dezède et le répertoire contemporain (Joann Élart)
  • 10h25 – La base Antony (Laurent Pottier, S. Lemouton [visio] et Warnier)

11h-13h – Fonds à sauvegarder d’urgence (salle L203)

  • 11h – Le fonds Jean-Claude Risset (Vincent Tiffon)
  • 11h20 – Le fonds du CIRM (Jean-François Trubert)
  • 11h40 – Le fonds du GMEM (Laurent Pottier)
  • 12h – Le fonds de l’IMEB (Maxence Mercier)
  • 12h20 – Le fonds de l’EOC (Viviane Waschbusch et Orline Poulat)
  • 12h40 – Les fonds des organismes de musique de création du Québec (Ariane Couture [visio])

13h – Repas : fabuleuse cantine

14h15 – Trois ateliers en parallèle

  1. Atelier 1 : « Gérer les droits des documents » (salle L203) avec Jacques Warnier, Viviane Waschbusch, Cyrille Delhaye, Jérémie Leroy-Ringuet
  2. Atelier 2 : « Bâtir une ontologie/un thesaurus des musiques avec électronique » (salle L204) avec Pierre Couprie, Vincent Tiffon, Leigh Landy [visio], Maxence Mercier, Thomas Bottini
  3. Atelier 3 : « Développer une base de données partagée interopérable » (salle L205) avec Serge Lemouton [visio], Joann Élart, Sonia Guerin-Hamdi, Orline Poulat, Laurent Pottier

15h15 – Table ronde : « Projet GT4 2024 (actions-budget) » (salle L203)

16h – Fin de la journée

GT1, tour de France de la MEI, étape #5 : Strasbourg !

Strasbourg, 27 octobre 2023

Après Metz, Dijon, Rouen et Montpellier, Vincent Besson s’est arrêté à Strasbourg pour poursuivre le tour de France de la MEI, avec toujours la même envie de présenter cette technologie aux étudiants des départements de musicologie de France. Cette journée organisée par Aurelio Bianco et Anne-Sylvie Barthel-Calvet à l’université de Strasbourg le 27 octobre 2023 a proposé aux étudiants trois sessions de présentation et d’échanges :

8h30-10h > contextualisation / guides de bonnes pratiques


10h30-12h > le code MEI / expérimentation


13h30-15 h > exemples / Workflow

 

GT2 > Atelier #2

BNF et visio, 12 octobre 2023, 10h- 16h

Le deuxième atelier du GT2 (ontologies, thesauri, catalogage) porte sur la double thématique de l’indexation conceptuelle et des thesaurii (identification des thesaurii existants utiles à la musicologie, définition d’un workflow de gestion des données lexicales et conceptuelles, questions de modélisation, etc.), une problématique qui présente avec la première (atelier #1) une évidente porosité. La journée est organisée par Augustin Braud, Thomas Bottini et Achile Davy-Rigaux.

Participant·e·s. Michela Berti (Sapienza Università di Roma), Nathalie Berton-Blivet (IReMus), Christophe Corbier (EHESS), Joann Élart (université de Rouen Normandie / Musica2), Jean-François Goudesenne (IRHT / Biblissima+), Marco Gurrieri (IReMus), Nancy Hachem (IReMus), Louis Moreau-Gauchy (Philharmonie), Lucia Pasini (Bern University of applied sciences), Suzy Piat (CESER), Théodora Psychoyou (IReMus)

GT1 > Tour de France de la MEI, étape #4 : Montpellier !

Montpellier, 12 octobre 2023

Après Metz, Dijon et Rouen, Kévin Roger et Vincent Besson ont poursuivi leur tour de France de la MEI à Montpellier, dans une démarche visant à présenter cette technologie aux étudiants des départements de musicologie de France. Cette journée organisée par Patrick Taïeb et son laboratoire l’IRCL, propose, comme à Rouen où il a été question également de TEI et de traités musicaux, un programme hybride où il est question du concert comme objet historique (Yannick Simon, université de Toulouse, Dezède).

Vincent Besson le 12 octobre 2023 © Patrick Taïeb

Le consortium MUSICA2 sera présent à l’Université de Paul Valéry-Montpellier 3 pour une journée d’initiation à la Music Encoding Initiative (MEI). Cette nouvelle étape du tour de France de la MEI aura pour objectif de plonger les participants dans l’univers de l’encodage musical. Dans la matinée, les participants auront l’occasion de découvrir les particularités et avantages de la MEI, tout en explorant des projets musicaux innovants. L’après-midi sera dédié à une initiation au langage et au code MEI, grâce à des outils tels que MEI Friends. Cette session permettra aux participants d’acquérir des compétences essentielles pour l’encodage musical. Deux conférences, par Yannick Simon et Nathanaël Eskenazy, viendront également enrichir cette journée.

Programme

9h-11h10
Présentation de la MEI (Kévin Roger et Vincent Besson)

11h20 – 12h00 – (conférence et discussion)
Yannick Simon / « Histoire et répertoire des concerts symphoniques en France du XVIIIe siècle à nos jours »

14h – 17h
Initiation au langage de la MEI (Kévin Roger et Vincent Besson)

17h – 18h – (conférence et discussion)
Nathanaël Eskenazy / « Une édition de l’Orphée de Louis de Lully et Michel du Boullay »

 

Kévin Roger le 12 octobre 2023 © Patrick Taïeb

GT2 > Atelier #1

BNF et visio, 19 septembre 2023, 13h- 16h

Le premier atelier du GT2 (ontologies, thesauri, catalogage) était dédié à la modélisation des dates associées aux données musicologiques (création des œuvres, événements et vie des acteurs, périodes historiques, calendrier liturgique, etc.) Le projet Dezède propose une structure intéressante qui associe une date fixe au format relationnel et si besoin, une autre au format texte (date approximative, période historique, etc.), qu’elles soient précises ou approximatives.

Journées 2023 du cluster 6 Biblissima+

Paris, 3-4 octobre 2023

Les journées 2023 du Cluster 6 Biblissima+ ont eu lieu les 3 et 4 octobre à la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret (Paris). Partenaire du consortium MUSICA2, le cluster 6 a dédié ces journées aux systèmes numériques utilisés pour explorer, analyser et annoter les sources musicales occidentales du Moyen Âge et de la Renaissance. L’objectif était de confronter différentes approches afin de définir des protocoles et outils permettant une meilleure convergence entre les ressources patrimoniales et musicologiques.

La première journée s’est concentrée sur les avancées récentes du Cluster 6 et de ses partenaires, avec des projets exploitants, entre autres, le protocole IIIF, des éditions numériques ou encore des systèmes de deep learning.

La deuxième journée, le mercredi 4 octobre, était consacrée à l’approfondissement des problématiques actuelles liées aux études codicologiques, analytiques et philologiques des sources musicales anciennes. L’objectif de ces présentations était plus particulièrement d’identifier les principaux besoins techniques des musicologues et de proposer en conséquence des solutions numériques.

En conclusion de l’événement, un après-midi de réflexion a porté sur les futurs développements du Cluster 6, notamment en ce qui concerne les outils d’annotation et la valorisation des manifestes IIIF réalisés dans le cadre du cluster.

Programme des journées

Journées 2023 du consortium MUSICA2

Tours, 3-5 juillet 2023

MUSICA2 est fier de présenter les journées 2023 du consortium dédiées à la musicologie numérique, du lundi 3 au mercredi 5 juillet à Tours, au CESR (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance). Cet événement est une occasion unique de réunir des musicologues, des archivistes, des bibliothécaires et des développeurs autour des avancées et des défis de la musicologie à l’ère numérique.

L’un des moments forts de ces journées est l’inauguration des groupes de travail (GT) MUSICA2. Le GT1 se concentre sur la MEI (Music Encoding Initiative), standard d’encodage musical. Le GT2 est consacré aux ontologies et aux thésauri appliqués aux données musicologiques. Le GT3 explore pour sa part les bases de données musicologiques, tandis que le GT4 aborde les défis spécifiques liés aux sources des musiques contemporaines. Enfin, le GT5 est dédié aux éditions numériques. Tous les GT fédèrent une cinquantaine de participants issus de différents domaines d’expertise, favorisant ainsi les échanges interdisciplinaires et le croisement d’idées.

La journée du mercredi est spécialement dédiée à la réunion plénière du consortium. Durant cette session, le comité de pilotage présentera un bilan de l’année pilote du consortium, mettant plus particulièrement en lumière les avancées en matière de valorisation des technologies FAIR. Ce sera l’occasion d’évaluer les progrès réalisés et d’élaborer de nouvelles orientations pour l’avenir du consortium.

Rencontres Huma-Num 2023

Ecully, 12-15 juin 2023

MUSICA2 participe aux Rencontres Huma-Num 2023 ! Les journées prévoient un programme riche et diversifié sur une période de quatre jours, mettant en avant le travail accompli par Huma-Num, avec une attention particulière portée aux activités des consortiums, l’éthique et le juridique. Une rétrospective des dix années de développement d’Huma-Num sera en outre présentée.

Des retours d’expérience et des cas pratiques de recherche seront partagés par les intervenants des Consortiums-HN, tels que CORLI2, DISTAM et MASA+. Dans ce contexte, le consortium MUSICA2 joue également un rôle important avec son expertise en données musicales et musicologiques. MUSICA2 apporte son expérience dans la gestion et la structuration des bases de données et des formats d’encodage, en mettant l’accent sur les bonnes pratiques de référencement, la valorisation de la MEI et la conception d’ontologies adaptées au domaine musical. Le consortium profitera notamment d’une session posters pour présenter ses différents groupes de travail et ses récentes avancées. 

MUSICA2 participera également aux tables rondes autour de l’évolution de l’IR* Huma-Num pour les dix prochaines années. Les discussions porteront sur le rôle des communautés, les futures orientations des SHS et les infrastructures de recherche nécessaires à l’avenir des données FAIR et de l’open science

Global Digital Music Studies Conference

New York, 12-13 avril 2023

Le consortium MUSICA2 voyage de l’autre côté de l’océan Atlantique en présentant son premier poster lors de la Global Digital Music Studies Conference à New York (Graduate Center). Organisé par le RILM (Répertoire International de Littérature Musicale), l’événement a pour objectif de mettre en avant les projets et initiatives les plus avancés en matière de musicologie numérique. Les dernières décennies ont en effet été marquées par une évolution croissante du numérique dans les études musicologiques. Les ressources en ligne s’avèrent de nos jours fortement sollicitées et soulèvent ainsi de nombreuses questions quant à leur gestion et leur maintenance. La préservation numérique du patrimoine musical est plus particulièrement au coeur des diverses communications et invite à réfléchir aux diverses possibilités offertes par les techniques et technologies FAIR. 

 

Tour de France de la MEI, étape #1 : Metz !

Metz, 6 janvier 2023

Le vendredi 6 janvier 2023 a eu lieu la première journée de formation consacrée à la Music Encoding Initiative réalisée dans le cadre des missions de valorisation du consortium MUSICA2. Organisée à Metz par Pierre Pascal (MCF, Université de Lorraine), cette journée était animée par Vincent Besson (IE, CNRS) et Kévin Roger (IE, Université de Tours). Les deux intervenants ont présenté la MEI à un auditoire largement composé d’étudiants en master spécialisés dans l’édition musicale.

Lors de la matinée, les deux intervenants ont dans un premier temps introduit les principaux aspects théoriques et historiques de la MEI. Ce début de session avait essentiellement pour objectif de sensibiliser les participants aux problématiques liées à l’intégration des métadonnées dans les ressources musicales numériques ainsi qu’aux limites des formats habituels, comme le MusicXML. Au moyen de diverses comparaisons et exemples, Vincent Besson et Kévin Roger ont ainsi mis en exergue le potentiel de la MEI quant à l’intégrité structurelle, sémantique et contextuelle de l’œuvre musicale encodée. S’en est suivie, dans un second temps, une présentation de divers projets musicologiques basés sur la MEI. Les participants ont ainsi pu appréhender l’utilité d’un tel langage à travers des enjeux scientifiques concrets.

L’après-midi était davantage réservé à la pratique en proposant à l’auditoire plusieurs workflows permettant de générer facilement un fichier MEI. Cette phase plus technique a été l’occasion pour les deux intervenants d’introduire les outils fondamentaux à utiliser afin de manipuler le code XML sans nécessairement se plonger dedans. Dans l’intention d’ouvrir au maximum la journée aux pratiques FAIR, les workflows ont été simultanément présentés à partir du logiciel propriétaire Sibelius et du logiciel libre MuseScore. 

La séance s’est terminée par un moment d’échange entre les intervenants et les participants.  Ces derniers ont mentionné l’ambiance agréable de la journée ainsi que le côté particulièrement accessible des éléments présentés. Suivant divers retours, Vincent Besson et Kévin Roger souhaitent désormais introduire plus de codage au sein des journées afin de familiariser davantage l’auditoire avec le langage propre de la MEI. 

Supports numériques utilisés

Premières rencontres de la musicologie numérique : “Quel avenir pour la musicologie numérique?”

Paris, Bibliothèque La Grange-Fleuret, 15-16 décembre 2022

Les premières rencontres de la musicologie numérique, organisées par MUSICA2, se tiendront à la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret (Paris) les 15 et 16 décembre. Le sujet de cette première édition soutenue par le consortium Musica2 est « Quel avenir pour la musicologie numérique ? Structuration, pérennité, transmission ». Ces rencontres seront l’occasion de porter un regard sur cette décennie de développement de la musicologie numérique et de réfléchir à son avenir. Il n’est plus à prouver que les sciences du numérique peuvent répondre aux enjeux de la recherche traditionnelle en musicologie et les dépasser, en termes de traitement et d’interrogation de corpus, de stockage et de diffusion des données de la recherche.

Les projets d’hier doivent cependant trouver leur place dans le paysage web d’aujourd’hui, en cherchant des moyens de pérennisation et en luttant continuellement contre une obsolescence de tous les instants. Ces enjeux mêlant passé et avenir interrogent aujourd’hui les différentes institutions qui soutiennent l’effort numérique, en particulier la TGIR Huma-NumIR* et son réseau de consortiums, mais également les laboratoires hébergeant des projets numériques.

Le Consortium Musica2 entend répondre à de tels enjeux, en proposant deux journées de réflexion et d’échanges avec ses partenaires et avec les équipes porteuses de projets s’inscrivant dans la discipline. En partenariat avec l’université de Rouen Normandie, l’université Toulouse Jean Jaurès et la Fondation Royaumont, Musica2 propose ces premières rencontres de la musicologie numérique sur la notion de vieillissement des humanités numériques, un véritable enjeu technologique et financier. Plusieurs tables rondes et espaces de discussion réuniront les acteurs et confronteront les expériences, selon quatre axes : 1) MEI (Music Encoding Initiative) et analyse computationnelle ; 2) spectacle vivant et patrimoine historique ; 3) valorisation de corpus numérisés ; 4) ontologie et interopérabilité.

Programme détaillé

The CRIM Project

Digital counterpoints: exploring similarity in Renaissance music

20-22 octobre 2022, Haverford College

Du 20 au 22 octobre s’est tenu à Haverford un workshop international consacré aux outils numériques développés dans le cadre de The CRIM Project dirigé par Richard Freedman. Les participants se composaient de musicologues spécialistes du répertoire, d’ingénieurs ainsi que d’informaticiens.  Au programme, diverses sessions thématiques autour des enjeux pédagogiques et scientifiques que suscite l’analyse computationnelle des messes imitatives de la Renaissance. Tandis que le jeudi 20 octobre fut davantage dédiée au traitement du contrepoint et des cadences chez divers compositeurs (Josquin, Manchicourt ou encore Tigrini), la journée du 21 fut quant à elle rythmée par des présentations se focalisant sur l’unité des genres (madrigal, messe, etc.) ou encore les spécificités contrapuntiques propres à la tradition anglaise.  Le workshop s’est en partie achevé sur le potentiel analytique des outils basés sur l’intelligence artificielle (machine learning). 

Programme

Réunion de travail

Les humanités numériques et les musiques du XXe et du XXIe siècle

10 et 11 octobre, PRISM, Marseille

Cette réunion de travail, dirigée par Vincent Tiffon (PRISM) et organisée par le consortium MUSICA2, a pour objectif d’introduire diverses réflexions liées à la préservation numérique des musiques contemporaines et à la gestion des données associées. Les thématiques abordées sont : (1) pérennité du serveur Huma-Num, (2) rédaction d’une ontologie, (3) archivage des supports anciens, (4) la documentation des œuvres en cours de réalisation, (5) MEI et sonagramme, (6) problématiques liées au droit, (7) interopérabilité des systèmes. Ces deux journées sont ainsi l’occasion de réunir des musicologues, ingénieurs et informaticiens en vue de définir collectivement les principaux enjeux que soulèvent les musiques contemporaines face aux préoccupations des humanités numériques. 

MUSICOVID

Expériences musicales en temps de Covid : Au croisement des données physiques et numériques

1er octobre 2022/Halle des Épinettes (Issy-les-Moulineaux)

Le 1er octobre 2022 aura lieu la troisième rencontre du projet de recherche MUSICOVID (Expériences musicales en temps de Covid : s’adapter, résister, innover), partenaire de MUSICA2. Cette journée d’étude, organisée avec le soutien du consortium, a pour objectif de se concentrer sur la collecte, l’archivage et la diffusion des données numériques issues du projet. Les problématiques sont, à ce propos, multiples et concernent aussi bien la nature même des données analysées que leur potentiel en tant qu’indicateur sociologique, économique et culturel. L’accent sera en outre mis sur le partage et la réutilisation de ces données au regard du Linked Open Data. 

Programme

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search