Music Encoding Initiative

Principe et langage

La Music Encoding Initiative (MEI) est une initiative open source dont l’objectif est de définir un système d’encodage musical capable d’être facilement traité par les ordinateurs (machine-readable structure). Elle réunit plusieurs spécialistes et chercheurs dans le but de définir les meilleures pratiques (outils et ressources) afin de représenter une large gamme de documents musicaux. La MEI s’avère particulièrement utile en matière d’édition musicale et d’analyse à plus d’un titre. D’une part, son principal point fort réside dans la prise en charge de diverses métadonnées : informations historiques, analytiques ou encore performatives. Pour ce faire, un fichier MEI se constitue d’éléments dédiés à l’ensemble des métadonnées du fichier ainsi que de l’œuvre. D’autre part, tandis que le langage MusicXML se concentre davantage sur le rendu graphique de la partition (la mise en page), la MEI, similairement à la TEI, permet d’encoder la structure et la sémantique de l’œuvre. Par exemple, l’élément music (intégrant l’ensemble des données musicales) se décompose d’abord à l’aide du sous-élément mdiv qui permet de séparer l’œuvre en mouvements (mouvements de messe, actes d’opéra, etc.) et ainsi d’intégrer cette dimension au sein même du fichier. Dans un souci de catalogage et de préservation intègre d’une œuvre, ce genre de possibilités demeure essentiel.

Si MusicXML permet surtout de restituer graphiquement la notation occidentale commune (notation blanche et métriques modernes), la MEI compte également deux autres schémas destinés à la notation mensurale et la notation neumatique. Ces schémas sont notamment l’occasion d’observer la manière avec laquelle la MEI conserve la sémantique du langage musical. En guise d’exemple, dans le cas de la notation mensurale, les principes d’altération et d’imperfection (dans les mensurations ternaires) entrainent des valeurs différentes pour un même symbole (longue, brève, etc.). Tandis qu’en MusicXML il serait seulement possible de modifier la graphie ou de retravailler superficiellement la partition (les figures rythmiques et leur durée étant dépendantes), la MEI permet d’exprimer les valeurs d’une longue ou d’une brève de manière proportionnelle :

<note dur=“brevis” num=“4“ numbase=”1”></notes> # soit l’expression d’une brève altérée en mode parfait et temps imparfait.

Il est finalement possible d’attribuer nombreuses de ces souplesses à l’utilisation intensive d’attributs, et non d’éléments, au sein du XML MEI. Chaque attribut peut recevoir une valeur par défaut et être personnalisable. De plus, les fichiers MEI, plus compacts et ergonomiques, sont souvent plus facilement traités et analysés par l’ordinateur. La diminution des redondances améliore entre autres la recherche programmée d’informations.

Intérêt et FAIR data

Outre ces spécificités techniques, la MEI s’inscrit parfaitement dans la démarche des FAIR data. Le langage est distribué sous la licence Educational Community License libre et open source. En somme, la MEI est donc un format gratuit et ouvert. Ces deux notions s’avèrent cruciales en matière d’interopérabilité et de dynamique collaborative. À l’image des schémas cités précédemment, de nouveaux modules peuvent ainsi être conçus pour encoder des répertoires spécifiques.

Cependant, le statut de la MEI en tant que format pérenne est actuellement ambigu. Le CINES, chargé de définir les formats valides et archivables sur la plateforme PAC, ne propose pas concrètement de format dédié à l’encodage musical. Dans la mesure où le XML est considéré comme pérenne, la validité des formats MusicXML et XML MEI ne peut être pour l’instant que supposé et ne repose sur aucune norme précise. 

Objectif de MUSICA2 et journées d’initiation à la MEI

Dans l’intention de définir et de promouvoir les bonnes pratiques de la musicologie numérique, MUSICA2 a pour objectif de valoriser la MEI auprès de la communauté musicologique. En plus de soutenir de nombreux projets basés sur la MEI (The CRIM Project ou encore Gesualdo Online), le consortium organise plusieurs journées d’initiation à la MEI à destination des étudiants et enseignants-chercheurs dans divers laboratoires universitaires (calendrier des manifestations). Animées par Vincent Besson (Ingénieur CNRS – Centre d’études supérieures de la Renaissance) et Kévin Roger (Ingénieur CNRS – MUSICA2 Huma-Num), ces journées ont pour but de familiariser les participants avec les principes fondamentaux de la MEI et d’échanger avec les chercheurs sur les possibilités offertes par ce langage (Programme Journée MEI).