Modèle et normes des bases de données

Les bases de données relationnelles 

L’interopérabilité entre les bases de données repose essentiellement sur des modèles structurels et sémantiques communs. Concernant la structure, le modèle relationnel (organisation des données à l’aide de tables interconnectées) est de nos jours le plus utilisé en raison de sa gestion intuitive et de sa souplesse en matière de requêtage. Une telle forme permet de croiser facilement de nombreux attributs de données et entités. Cependant, tandis que la pluralité des systèmes de gestion BD-R (PostgreSQL, Oracle, MariaDB ou MySQL) peut nuire à l’interopérabilité, des relations disparates entre les tables peuvent également être un frein à l’intégration ou la comparaison des données. Dans l’intention d’améliorer l’interopérabilité des BDR, MUSICA2 souhaite définir des modèles relationnels génériques. En effet, si la plupart se concentrent sur des entités comme les “oeuvres”, les “personnes”, les “sources” ou encore les “événements”, les relations qui les régissent, ainsi que leurs attributs, peuvent être articulées de différentes façons (recours à des tables intermédiaires ou cardinalités diverses).

Un modèle générique 

Au-delà des problématiques spécifiquement musicologiques, le choix du système de gestion est donc la première étape d’une interopérabilité optimale. Cette promotion des logiciels libres s’accompagne également de la détermination d’un modèle générique commun entre les BDR, de manière à assurer une interopérabilité minimum entre les BDR.  Outre la déduction d’entités majeures et partagées (entités de haut niveau), le modèle aura pour objectif de représenter les aspects techniques améliorant la structure globale des bases de données à l’aide de relations, cardinalités et tables intermédiaires appropriées. Par ailleurs, le modèle devra intégrer certaines normes générales concernant l’implémentation des données, notamment numériques (dates, numéros de catalogage, etc.), en s’appuyant sur les Directives sur la gestion et valorisation des données définies par Otelo et l’Inist. Le modèle structurel sera ainsi décrit au sein de la deuxième partie du guide de bonnes pratiques dédié aux BDR.