Métadonnées

Vers une standardisation des métadonnées 

L’addition des métadonnées est un sujet qui excède le cadre de la donnée numérique pure. Chaque plateforme d’hébergement de données met aujourd’hui un point d’honneur à garantir leur signalement dans un format harmonisé. Généralement, en l’absence d’une ontologie spécifique, le standard le plus utilisé sur le web est le Dublin Core  (HTML, XML). Tandis que ce dernier est, depuis 2000, exprimé en RDFa, il fait également l’objet de la norme ISO 15836 depuis 2003. Enfin, il est au cœur du protocole OAI-PMH afin de faciliter les échanges des métadonnées entre les archives ouvertes et les bibliothèques numériques. Au Dublin Core s’ajoutent également d’autres standards toutefois moins répandus, comme la famille des formats MARC ou le MODS préconisés avec le Dublin Core par la Music Library Association. 

En marge des catalogues spécifiquement destinés à la publication ou à l’archivage web, les métadonnées des fichiers s’avèrent bien moins standardisées. Cette disparité résulte de la pluralité des formats dont le schéma et le contenu des métadonnées, embarquées ou externes, sont distincts. La numérisation d’une partition musicale au format JPEG ne disposera pas des mêmes champs de métadonnées internes (Exif) qu’une partition au format MusicXML représentant potentiellement la “même” œuvre ou la “même” édition. Dans le premier cas, l’ajout de métadonnées est, par commodité, souvent extérieur au fichier lui-même. Les métadonnées sont renseignées dans un fichier autre (CSV, TXT ou encore XML), parfois par l’intermédiaire d’un logiciel de gestion bibliographique – l’Exif ne permet pas, en effet, d’intégrer ou de manipuler aisément des métadonnées scientifiques. À l’inverse, dans le second cas, le header d’un fichier MusicXML permet d’ajouter simplement diverses métadonnées, au sein même du fichier, dont la sémantique est précisée. Dès lors, les manières se multiplient à mesure que s’accumulent les formats (MEI, PDF, XML, etc.).

Objectif du consortium

C’est pourquoi MUSICA2 propose de déterminer les bonnes pratiques à adopter quant au signalement des métadonnées selon les fichiers utilisés et la nature des données. L’idéal serait, dans un premier temps, d’identifier un ensemble commun et minimal de métadonnées entre les différents fichiers, sous une forme équivalente ou du moins interopérable. Un tel objectif suppose, dans un second temps, le recours à des schémas de métadonnées d’ores et déjà standardisés afin d’insérer le consortium dans une dynamique préexistante. De plus, la manière de renseigner les métadonnées devra être adaptée en fonction des fichiers. Pour ne citer qu’un exemple, un fichier MEI à la capacité d’intégrer un nombre important de métadonnées, au point de fournir pas moins de trois principales sous parties modulables au sein du header (file description, encoding description et work description). La manière d’encoder les métadonnées (sémantique et schémas utilisés) sera en outre pensée en vue de l’usage et de la nature des données (publications HTML, XML ou RDF ; catalogage généraliste ou circulation de données techniques).