Le consortium

L’un des objectifs du Consortium Musica est de coordonner la réflexion épistémologique des chercheurs, ainsi que le développement de nouveaux outils de représentation et d’analyse de la musique. Ces outils prendront appui sur les langages HTML5, CSS3 et javascript, qui constituent les nouveaux standards de l’internet et permettront de réaliser des dispositifs multimédia interactifs, facilement adaptables d’un projet à l’autre. Une attention particulière sera portée aux manières d’intégrer ces nouveaux outils de représentation à ceux développés dans les axes du consortium, notamment la constitution de corpus de partitions et le développement de plateformes d’archives sonores en ligne.

La musicologie est un vaste champ disciplinaire qui couvre l’étude de tout ce qui a trait d’une façon ou d’une autre à la musique. Au milieu des années 50, quelques initiatives furent mises en place qui avaient pour mission de fournir aux chercheurs des outils leur permettant d’accéder plus facilement aux principales ressources de la discipline : les sources musicales (le RISM) et la littérature musicologique (le RILM) auxquels se sont ajoutés le RIPIM (pour la presse musicale), le RIDIM (pour l’iconographie). Si chacune de ces initiatives a favorisé la constitution de communautés internationales, elles n’ont cependant pas empêché l’éclatement du champ disciplinaire en sous-disciplines qui ont évolué chacune avec leurs outils et leurs dispositifs (la musicologie historique, la musicologie systématique, l’ethnomusicologie, l’acoustique musicale). Cet éclatement, la recherche française l’a vécu comme en témoignent le périmètre des laboratoires du CNRS qui se consacrent pour les uns plutôt à l’histoire, pour les autres plutôt à l’ethnomusicologie, pour d’autres encore à des questions en lien avec la création ou avec l’analyse scientifique des faits musicaux et acoustiques. Le recours intensif durant ces dernières décennies aux outils informatiques a paradoxalement accentué les clivages et montré l’urgence de la construction d’outils communs qui pourraient provoquer les mêmes effets positifs qui émergèrent lors du lancement des premiers Répertoires internationaux.

Au-delà des communautés spécifiques, les musicologues travaillent essentiellement sur trois types de sources « propres » au champ : de la musique notée, de la musique enregistrée et des objets producteurs de musique. Afin de renouveler les interrogations sur les pratiques musicales, il est apparu nécessaire de rétablir le dialogue entre les sous-disciplines en tentant de construire des outils qui devraient permettre une circulation et une exploitation efficaces des données liées à la description et à l’analyse de l’ensemble des sources évoquées ci-dessus.

En Europe et en Amérique du Nord, plusieurs centres de recherches se sont penchés sur l’établissement d’une norme commune et interopérable des données musicales écrites (le MEI – Music Encoding Initiative). Les archives sonores et audiovisuelles d’institutions les plus diverses font l’objet de classements, d’indexations, de documentation, de numérisation pour la conservation et la valorisation. Il existe aussi des collections d’instruments dans les musées, ainsi que de représentations d’instruments qui nécessitent d’élargir les horizons de la célèbre taxinomie de Sachs-Hornbostel établie en 1914. L’ensemble de ces données exige que les acteurs de la communauté (chercheurs, enseignants, ingénieurs et conservateurs) réfléchissent à l’élaboration d’un référentiel commun et innovant pour l’indexation dans le contexte des Humanités Numériques. Consciente de ces enjeux, engagée depuis longtemps dans l’établissement de ces outils, la communauté musicologique française souhaite partager ses ressources et ses compétences pour participer pleinement à ces initiatives.

« Musica » donnera l’occasion à des musicologues, pour la plupart actifs dans des laboratoires du CNRS, de collaborer et de conjuguer des perspectives patrimoniales, des initiatives créatives et l’approche scientifique (interprétation historique et anthropologique des objets musicaux).

Dans la situation actuelle, trois axes principaux émergent :

  1. La musique notée : encodage de la musique grâce aux nouvelles technologies telles la MEI (Music Encoding Initiative) et l’ « OCRisation » des sources ; analyse et représentations graphiques multimedia.
  2. La musique enregistrée : numérisation, indexation, affichage, documentation, analyse du son et mise en accès.
  3. Les instruments : définition d’un outil de classification actualisée, de dimension internationale et multilingue ; et redéfinition du statut de l’objet (objet et représentation, élargir à l’électroacoustique, l’archéologie musicale, etc.)