Interaction et accessibilité

Les limites du SPARQL

Si le langage RDF ouvre de nouveaux horizons en matière d’interopérabilité et d’analyse des données, le requêtage des triplestores demeure encore l’affaire des informaticiens. Le langage SPARQL (SPARQL Protocol and RDF Query Language), soit l’équivalent des requêtes SQL pour les BD-R, nécessite dans l’absolu une solide connaissance de sa syntaxe.

Quelques efforts ont été réalisés afin de simplifier l’usage du SPARQL. D’une part, plusieurs services de documentation, à l’image de DataBnF, proposent des requêtes préconçues avec leurs points d’accès SPARQL. Toutefois, ces formulaires s’avèrent nécessairement limités et ne permettent pas aux utilisateurs de naviguer librement au sein des triplestores. Ce manque d’accessibilité est dès lors un frein à la valorisation des bases de données. D’autre part, SPARNA, société spécialisée dans l’organisation des données numériques, a récemment développé SPARNAtural, composant Javascript destiné à faciliter l’exploration des graphes de connaissances RDF. SPARNAtural transpose la syntaxe SPARQL en des symboles et relations visuelles adaptés à l’ontologie employée. Ainsi, une approche intuitive et didactique se substitue à la requête SPARQL habituelle.

Un SPARNAtural musicologique

SPARNAtural est utilisé par DataBnF, mais aussi par OpenArchaeo, fruit du consortium Huma-Num MASA, afin d’améliorer l’accessibilité aux données archéologiques. Suivant le même intérêt pour la valorisation des données, MUSICA2 mettra en œuvre des interfaces similaires visant à simplifier l’expérience des utilisateurs désirant naviguer au sein des triplestores. Cette étape parachèvera ainsi l’intégration des données musicologiques dans le web sémantique.