Formats pérennes

Valorisation et labellisation de formats musicaux pérennes

Si les formats ouverts de fichiers image (GIF, JPG, etc.) ou texte (TEI, XML, etc.) sont acceptés sur la plateforme d’archivage PAC du CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur), aucun fichier relatif à l’encodage des partitions musicales n’est pour l’heure ni valable (vérification de la sémantique et de la syntaxe du format) ni archivable (dépôt sur PAC).

La pérennité des formats dépend de plusieurs facteurs. Voici la définition que donne le CINES : 

un format pérenne est “avant tout un format publié. C’est-à-dire un format dont les spécifications internes sont librement accessibles. Seul un format publié peut en effet permettre, dans le plus extrême des cas, à un développeur d’écrire un programme spécifique de relecture du fichier. Un format durable est aussi un format très utilisé, ou appelé à le devenir. Un format durable, c’est enfin et si possible un standard voire une norme”. CINES.fr

Ces divers facteurs expliquent pourquoi tous les formats ouverts validés par le CINES ne sont pas nécessairement archivables sur PAC (APNG, DAE, etc.). Ces différents éléments apportent également quelques réponses sur le manque de formats destinés à l’encodage musical.  Ces derniers sont moins représentés que la plupart des images, textes ou autres documents. Les plateformes d’archivage se conformant aux exigences des bases de données, la question des formats musicaux pérennes ne se pose que si la communauté musicologique en manifeste le besoin. Pourtant, c’est là une dimension essentielle des données musicales sans laquelle leur maintien durable ne peut être atteint. En effet, NAKALA s’appuie fortement sur les recommandations du CINES, bien que les formats autorisés puissent être parfois fermés. C’est pourquoi MUSICA2 souhaite valoriser certains formats ouverts (notamment MusicXML et MEI) auprès du CINES en vue de leur labellisation en tant que formats pérennes.