Formats ouverts

Première étape vers les FAIR data en musicologie 

Comparée à la plupart des disciplines constituant le champ des humanités numériques, la musicologie a pour particularité de disposer de nombreux logiciels, formats et fichiers  différents en vue d’encoder les données musicales. Les formats “ouverts” concernent le plus souvent les fichiers dont l’encodage relève du domaine public. En d’autres termes, ces formats peuvent être ouverts, consultés ou modifiés sans restriction spécifique et sont, de fait, au cœur d’une interopérabilité optimale. Tandis qu’une liste non exhaustive apparait sur DoRANum, le CINES propose pour sa part l’ensemble des formats archivables sur PAC – liste limitée aux seuls formats validés à l’heure actuelle. Dans l’intention de valoriser les formats ouverts à destination des bases de données musicales et musicologiques, MUSICA2 propose la liste ci-dessous  :

Type de format Format ouvert
Audio FLAC (Free Lossless Audio Codec)
  ALAC (Apple Lossless Audio Codec)
  Ogg
  Musepack
  MP3 (anciennement breveté) 
  Speex
  Vorbis
  WAV (Waveform Audio File Format)
  WavPack
  OPUS (Opus Interactive Audio Codec)
Encodage musical*

MusicXML

  MEI (Music Encoding Initiative)
  Ly (LilyPond)
  MIDI (Musical Instrument Digital Interface)
  RDG (Rosegarden)
  ABC, ABC plus
  Tex
  GABC/Gregorio Tex (Gregorio project)
  NIFF (Notation Interchange File Format)
  Ptb (Power Tab)
  TabCode (by Tim Crawford)
  Tab (by Wayne Cripps)
  Jtz (extension Fandango)
  TalkingTab (Fandango)
  MPM (Music Performance Markup)
Image (numérisation de source ou exportation d’exemples musicaux) GIF (Graphic Interchange Format)
  JPG (Joint Photographic Expert Group)
  BMP (Windows BitMap)
  PNG (Portable Network Graphics)
Description de texte Voir DoRAnum

*pour plus de fichiers spécifiques à l’encodage, voir plus bas.

Fichiers spécifiques pour l’encodage musical

En raison des nombreux logiciels d’édition musicale, il est possible de rencontrer une multitude de fichiers différents destinés à encoder des partitions. Si leurs langages reposent essentiellement sur les formats présentés précédemment, les fichiers attachés à un logiciel propriétaire ne peuvent être consultés et modifiés qu’en possession d’une licence correspondante. Cette restriction peu ainsi nuire à l’interopérabilité. MUSICA2 propose ci-dessous un récapitulatif des différents fichiers et logiciels actuels (ou encore en usage)  :

Licence libre et logiciel gratuit Fichier correspondant
MuseScore MXL (contient un fichier compressé au format MusicXML)
LilyPond/Frescobaldi Ly
Rosegarden RGD
Music Publisher MUP (Music Publisher Score)
Capella CapXML
Gregorio GABC/Gregorio Tex
Gregedit Hqx
Gregoire  Grg
Power Tab Ptb
TabRITE Bjo
Wayne Cripps Tab Tab
Fandango Jtz
  TalkingTab 
Canorus Canorus
TuxGuitar Tg
MusiXTEX Tex
Licence privée et logiciel payant* Fichier correspondant
Sibelius Sib
Finale MUSX
Dorico Dorico
Notion Notion
Forte FNF
Pizzicato PIZ
Guitar Pro Gp
TableEdit TEF (peut être visualisé gratuitement avec TEFview)
Melody/Harmony assistant (Myriad) Myr

*Des versions restreintes mais gratuites peuvent néanmoins être disponibles 

Les défis des formats ouverts : accessibilité et interopérabilité 

 MUSICA2 recense à ce jour plus d’une vingtaine de formats et fichiers destinés à produire ou véhiculer des partitions. Parmi eux, certains « standards », comme MusicXML, côtoient des formats ouverts moins populaires, mais encore en usage (RDG ou encore ABC). Cette pluralité est la conséquence d’attentions diverses en matière d’encodage – accent mis sur le graphisme ou sur la sémantique – et de répertoire : les musiques folkloriques, les tablatures anciennes ou encore le chant grégorien.

Cependant, force est de constater que le recours à des formats ouverts n’est pas systématique. Un exemple éloquent, qui déborde largement sur la musicologie publique, est la base de données Choral Public Domain Library, de plus en plus exploitée par les musicologues. L’utilisation d’éditions préexistantes et numériques s’avère un gain de temps non négligeable pour de nombreux projets de recherche. Si la qualité des partitions doit néanmoins être vérifiée, le choix des utilisateurs de CPDL est également tributaire des formats présents, dépendants uniquement des contributeurs. Il est ainsi fréquent que des fichiers de logiciels sous licence privée soient proposés (Finales ou Sibelius). Dans d’autres cas, il n’est pas rare qu’un fichier PDF apparaisse à défaut d’un fichier MusicXML pouvant être manipulé par l’ensemble des utilisateurs. 

Afin d’améliorer l’interopérabilité et la récupération des données musicales, MUSICA2 a pour ambition de valoriser l’usage des formats ouverts et plus particulièrement de certains standards comme MusicXML ou MEI. Le dessein n’est pas de restreindre l’utilisation des formats fermés ou du PDF, mais plutôt de sensibiliser la communauté musicologique au partage de fichiers ouverts et interopérables afin d’agrémenter les bases de données.

Infographie des formats et logiciels en usage