Ontologies musicales

Vers un standard pour le web sémantique

Depuis la création du CIDOC Conceptual Reference Model (1996), normalisé en 2006, et de FRBR (Functional Requirements for Bibliographical Records, 1997), l’usage des ontologies dans le domaine des humanités numériques s’est avéré croissant.  La musique ne fait pas exception : quelques ontologies existent déjà, en particulier dans le contexte des musiques actuelles (Music Ontology) et enregistrées (Audio Features Ontology Specification, The Audio Effect Ontology). L’ontologie musicale la plus aboutie à ce jour est Doremus, fruit de plusieurs années de recherche (ANR) en vue de mapper différentes métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, de Radio France et de la Cité de la musique et de les diffuser sur le web sémantique. 

Cependant, force est de constater que très peu de données musicales ou musicologiques sont publiées sur le web des données ouvertes (Linked Open data). Plusieurs raisons sont à l’origine de cette lacune. D’une part, le recours au web sémantique pour partager des données est un aspect encore largement ignoré des humanités numériques. D’autre part, cette indifférence s’accompagne également d’un manque d’uniformité dans le choix des ontologies, des référentiels ou encore des thésaurus. MUSICA2 a ainsi pour objectif de surmonter ces difficultés en déterminant divers standards et procédés (mapping), destinés à publier des données musicales en RDF. Outre l’importance d’une ontologie commune et de vocabulaires de référence, le consortium souhaite également développer des outils spécifiquement dédiés à la consultation et à l’analyse des données sémantiques. 

Le rôle de l’ontologie

Dans l’absolu, une ontologie est un ensemble structuré de concepts, notions et termes représentant un domaine de connaissance ou une articulation cohérente d’informations liées. Contrairement à une base de données relationnelle, l’ontologie permet de représenter des relations complexes entre les éléments qui composent le domaine de connaissance en question. La souplesse du language permet en effet d’intégrer des niveaux sémantiques et syntaxiques plus sophistiqués. 

An ontology is an explicit specification of a conceptualization (Grubert, 1993)

L’ontologie offre donc à la fois une théorie du domaine ainsi qu’un vocabulaire consensuel destinés à standardiser la forme des données. Par ailleurs, par le biais des relations complexes qu’elle modélise, elle permet également d’inférer de nouvelles connaissances. Cet aspect s’avère dès lors particulièrement intéressant en matière d’analyse et de requêtage des bases de données.

“Inference” means that automatic procedures can generate new relationships based on the data and based on some additional information in the form of a vocabulary, e.g., a set of rules.  (W3.org)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.