Axe 1 : la musique notée

Axe 1 : Notation

En réponse à la révolution du traitement numérique des données, des standards numériques ouverts s’élaborent et se stabilisent au sein de larges communautés d’utilisateurs pour les données textuelles (TEI) ou encore, par exemple, géographiques, mais également, au moins en partie, pour les données audio. Pendant ce temps, la communauté musicale et musicologique ne prend conscience que très lentement de l’importance et de l’utilité que peuvent réellement revêtir l’encodage informatique de la notation musicale et, encore en amont, l’élaboration de ses standards numériques.

L’équivalent musical de la TEI, la Music Encoding Initiative (MEI) est pourtant en chantier depuis les années 2000. Le chemin est encore long et incertain avant d’aboutir à la mise à disposition de logiciels d’édition musicale performants et de corpus significatifs au format MEI, mais son cadre riche et rigoureusement conçu est d’ores et déjà disponible, et diverses applications spécialisées en illustrent la viabilité. Il est du devoir de la communauté musicologique de s’engager dans cette voie. Avec ses limites et ses acquis, l’expérience de la TEI offre suffisamment de recul pour affirmer que son principe est épistémologiquement et éthiquement celui qui convient à une approche académique et scientifique des données musicales.

 Les vecteurs de la musique : la notation entre performance et enregistrement.

Si, dans l’ensemble de la société contemporaine, et dans son environnement numérique, le format audio de la musique (la « musique enregistrée ») est devenu un vecteur de diffusion omniprésent, ses formes écrites — les différents systèmes de notation musicale développés au fil de l’histoire des civilisations, occidentale ou non — demeurent un outil irremplaçable en termes de conservation, de diffusion, de conception, de support d’exécution et d’étude. La conversion numérique de ces systèmes sémiotiques, au premier rang desquels la « notation musicale commune » de la musique occidentale telle qu’elle s’est progressivement stabilisée à partir du XVIIe siècle, pose des défis particuliers à la communauté de l’intelligence artificielle (les informaticiens) mais plus encore, et avant tout, à la communauté des « utilisateurs de la notation musicale ».

Depuis des décennies, d’innombrables formats d’encodage informatique de la notation musicale ont vu le jour sans qu’aucun ne se généralise. À ce jour, quelques logiciels commerciaux (dont le plus répandu est intitulé Finale) dominent le marché. Par définition, les formats sur lesquels ils reposent restent inaccessibles. Bien qu’ils s’appuient sur des technologies anciennes, leurs performances satisfont la très grande majorité des utilisateurs, qui cherchent principalement à produire des éditions à finalité d’impression (papier). En revanche, ces logiciels ne répondent à aucune des exigences de partage de données, d’établissement, d’analyse et de fouille de corpus qui sont si déterminantes pour la recherche scientifique.

Depuis les années 2000 un format ouvert de codage, basé sur la norme XML, s’est diffusé. Ce format, MusicXML, permet de représenter l’ensemble des informations présentes dans une partition, et ce indépendamment du logiciel d’édition utilisé. Il a été conçu essentiellement à des fins d’échanges entre applications. Par exemple une partition saisie sous Finale peut être éditée sous Sibelius, avec en principe une préservation de toutes les informations initiales. MusicXML, comme de manière générale tout codage en langage XML, présente plusieurs avantages dans le contexte de la création et du développement de corpus de partitions orientés vers l’analyse ou l’édition de musiques notées : (1) les logiciels existants rendent très facile la production de musiques notées dans ce format, (2) le caractère ouvert du codage permet l’exploitation de ces informations dans des contextes nouveaux (analyse notamment, mais aussi représentations multiples d’une même source), (3) il est possible d’extraire et de traiter de manière très fine certains aspects spécifiques à la notation pour les étudier indépendamment (isolation des composantes mélodiques ou rythmiques par exemple). La disponibilité du format MusicXML, ainsi que la possibilité de convertir ultérieurement tout document existant, amènent à envisager comme mission initiale du Consortium le développement de corpus basés sur ce langage. Ces corpus serviront de base à l’étude des problématiques purement musicologiques liées à l’étude des notations, de leur évolution, des critères de qualité, de cohérence, de matériel critique nécessairement associés à une édition scientifique en ligne, aux aspects collaboratifs de la constitution de telles éditions, et enfin à l’élaboration d’outils informatiques évolués (recherche, comparaison, annotations de partitions, etc.). Deux arguments de fond amènent cependant à relativiser le format MusicXML et à encourager l’étude et le développement de propositions alternatives : 1. S’il est à la libre disposition de chacun, il n’en est pas moins un format propriétaire, son créateur et actuel propriétaire étant le seul autorisé à y apporter des modifications ; 2. la conception et le développement accélérés de ce format ont abouti à divers défauts de fond qui pourront s’avérer problématiques à l’avenir.

La MEI se pose en alternative à ce format. La MEI est un standard ouvert également basé sur XML auquel chacun est libre d’apporter toutes les modifications dont il peut avoir besoin, puis de les partager (ou non) avec la communauté de la MEI, laquelle continue à se structurer (conférence annuelle, fin mai 2013 à Mainz, mai 2014 à Charlottesville). Alors que les signes assez décisifs pour l’avenir de la MEI se multiplient (format recommandé en matière d’édition musicologique par diverses agences nationales de financement de la recherche, dont la NEH américaine ; intérêt croissant de certains éditeurs de musique), une seconde mission que se fixe le Consortium est de s’investir dans ce défi technologique. La construction d’une Communauté MEI nécessite un investissement de moyen plus que de court terme. Un tel choix impose en effet que le développement de corpus devra nécessairement s’accompagner d’un développement technologique d’outils et de logiciels dans le format MEI (sachant qu’on peut espérer que l’investissement général de la communauté musicologique entraîne un accroissement rapide du nombre d’outils disponibles).

Les nouvelles « écritures » multimedia de la musique

Au cœur des développements exposés ci-dessus se trouve un système de notation issu de la tradition savante occidentale. Orienté initialement vers les besoins des musiciens, il s’est également imposé comme le système de référence pour l’analyse musicale. S’il est sollicité aujourd’hui dans la plupart des travaux musicologiques, il comporte également certaines limites, qui sont d’ailleurs bien connues des spécialistes. D’une part la notation classique n’encode que certains aspects de la musique. Elle omet par exemple le timbre et s’avère extrêmement limitée pour rendre compte des variations dynamiques. D’autre part, les intervalles non tempérés ou les systémes rythmiques non mesurés, employés aussi bien dans la création contemporaine que dans de nombreuses musiques traditionnelles, exigent l’introduction de symboles additionnels dont l’usage et la signification sont loin d’être standardisés.

Les technologies numériques permettent en pratique de dépasser ces limites. Plusieurs réalisations interactives l’ont illustré au cours des vingt dernières années. On peut citer par exemple le « gamelan mécanique » réalisé dès 1995 par Kati Basset et l’équipe de la Cité de la musique[1]. Ce dipositif permet à un public non averti de comprendre par expérimentation directe les principes de constitution de la musique du gamelan indonésien. Le CD-ROM Pygmées Aka, peuple et musique réalisé par Simha Arom et son équipe en 1998 permettait pour sa part de suivre en profondeur la structure complexe des polyphonies et polyrythmies Aka[2]. Conçues durant les années 2000, les « clefs d’écoute » du CREM[3] visent elles aussi à guider mentalement un auditeur vers divers aspects importants de la musique écoutée, comme les effets de timbre des polyphonies sardes ou les structures en canon des pièces de harpe nzakara. De façon générale, la production scientifique en ethnomusicologie est aujourd’hui couramment accompagnée d’outils multimédia servant des fins d’analyse musicale (voir par exemple les DVD-ROM encartés aux ouvrages de Guillebaud 2008, Stoichita 2008, Rappoport 2009, Helmlinger 2012)[4]. Des réflexions similaires ont été entreprises dans le champ de la musicologie classique, comme le développement du logiciel INScore dans le cadre de l’ANR INTERLUDE portée par l’IRCAM[5], ou les « guides d’écoute » interactifs réalisés la Cité de la Musique[6].

Néanmoins, si l’intérêt des techniques numériques pour la représentation et l’analyse de différents types de musique est aujourd’hui avéré, la communauté scientifique manque à la fois de perspectives d’ensemble sur leurs enjeux épistémologiques, et d’outils informatiques génériques. Sous le premier aspect, les réalisations multimédia proposent de nouvelles formes d’écriture scientifique, où textes, sons et images animées engagent un dialogue inédit. L’interactivité possible entre le lecteur et le dispositif d’analyse bouleverse également le rapport classique à la démonstration. Aujourd’hui l’enjeu pour la recherche publique est de mutualiser les investissements dans ce domaine important et en pleine mutation. L’un des rôles du Consortium « Musica » sera ainsi de coordonner la réflexion épistémologique des chercheurs, ainsi que le développement des nouveaux outils de représentation et d’analyse de la musique. Ces outils pourront prendre appui sur les langages HTML5, CSS3 et javascript, qui constituent les nouveaux standards de l’internet et permettent de réaliser des dispositifs multimédia interactifs facilement adaptables d’un projet à l’autre. Une attention particulière sera portée aux manières d’intégrer ces nouveaux outils de représentation à ceux développés dans les autres volets du consortium, notamment la constitution de corpus de partitions classiques et le développement des plateformes d’archives sonores en ligne.

[1] Disponible à d’adresse www.citedelamusique.fr/gamelan/

[2]  Voir www.musimediane.com/numero3/arom/arom01.html

[3]  www.crem-cnrs.fr/realisations-multimedia

[4] Christine GUILLEBAUD 2008 Le chant des serpents. Musiciens itinérants du Kerala. CNRS. Victor A. STOICHIŢĂ 2008 Fabricants d’émotion. Musique et malice dans un village tsigane de Roumanie. Nanterre : Société d’ethnologie. Aurélie HELMLINGER 2012 Pan Jumbie. Mémoire sociale et musicale dans les steelbands (Trinidad et Tobago). Nanterre : Société d’ethnologie. Dana RAPPOPORT 2009 Chants de la terre aux trois sangs. Musiques rituelles des Toraja de l’île de Sulawesi, Indonésie, Paris : Epistèmes/Éditions de la Maison des sciences de l’Homme.

[5]   http://interlude.ircam.fr/

[6]  http://mediatheque.cite-musique.fr/MediaComposite/CMDA/default.htm