Archivage pérenne

Des données musicologiques dans NAKALA

Outre l’identification de référentiels d’autorités, la pérennité des bases de données se rapporte aux problématiques générales concernant l’archivage à long terme des autres contenus scientifiques numériques (articles, notices, graphiques, etc.). Ces problématiques se concentrent à la fois sur la gestion des métadonnées et la création d’identifiants pérennes. De la même manière que pour les identifiants contributeurs, désormais reconnus des communautés scientifiques (ORCID, idHal ou IdRef), il est aujourd’hui nécessaire que chaque publication, peu importe sa forme, dispose d’un PID. Tout comme pour l’intégration des métadonnées, plusieurs approches permettent aux chercheurs d’attribuer un identifiant pérenne à leurs productions : soit par l’intermédiaire d’un entrepôt adressant automatiquement un DOI ou un identifiant local, soit en sollicitant une agence spécialisée (CrossRef) ou partenaire du consortium DataCite.

Afin de faciliter l’archivage pérenne des données, Huma-Num a développé le service Nakala, “permettant à des chercheurs, enseignants-chercheurs et équipes de recherche de partager, publier et valoriser tous types de données numériques documentées (fichiers textes, sons, images, vidéos, objets 3D, etc.) dans un entrepôt sécurisé afin de les publier en accord avec les principes du FAIR data”. Étroitement lié à la plateforme d’archivage PAC (CINES), NAKALA encourage le dépôt de documents ouverts et incite au signalement de métadonnées (Dublin Core qualifié). Cependant, force est de constater que les deux plateformes d’archivage susmentionnées ne disposent pas de collections musicologiques significatives. Bien que le type « partition » soit présent, la grande majorité des éditions accessibles sur ISIDORE (moteur de recherche exploitant en partie NAKALA) sont issues de Gallica. De même, le contenu associé à la discipline « Musique, musicologie et arts de la scène » est faible.

La valorisation de l’archivage pérenne est donc naturellement l’un des objectifs de MUSICA2. La diffusion des données musicologiques au sein de l’environnement Huma-Num (NAKALA et ISIDORE) permettrait non seulement de participer à la dynamique FAIR de la TGIR, mais également de valoriser les recherches et contributions des partenaires, notamment dans le web sémantique (conversion RDF des métadonnées, création d’URIs, etc.).