Groupe de travail sur les classifications et référentiels

La recherche actuelle s’inscrit dans une dynamique de globalisation des informations et la multiplicité des sources disponibles en ligne permet une utilisation scientifique de documents audiovisuels autrement difficilement connus ou accessibles. Les innovations en matière de bases de données liées aux humanités numériques ont notamment favorisées la prise en compte d’archives sonores dans le cadre de recherches touchant au domaine de la musique. Or l’abondance de ces ensembles de données met en avant une pluralité de vocabulaires utilisés sans qu’un système de référencement uniformément partagé en soutienne l’emploi, ce qui bien souvent entrave considérablement l’utilisation de ces matériaux par les chercheurs. De plus, les classifications élaborées dans le cadre de la gestion d’un corpus sonore sont bien souvent adaptées à cet ensemble défini de documents et ne sont pas pertinentes appliquées à d’autres groupes de données. Si le manque d’interopérabilité ou l’inadéquation des vocabulaires utilisés marquent la jeunesse des outils Web en place, cela met également en avant le besoin scientifique de renouveler les systèmes classificatoires des objets sonores (instruments, voix, environnements) utilisés dans les disciplines liés aux domaines de la musique.

Afin d’affronter ce problème, le présent groupe de travail œuvre à l’élaboration de solutions de référentiels communs et innovants pour l’indexation des données musicales et sonores (audio, vidéo, texte, image, instruments, etc.) dans le contexte des Humanités Numériques et du Web sémantique.

 

Présentation

Au cours des dernières décennies, les équipes CNRS travaillant sur les objets sonores et musicaux de traditions orales ou écrites (acousticiens, ethnologues, ethnomusicologues, historiens, linguistes), ont acquis une expertise technique et scientifique de haut niveau dans le traitement, la conservation et l’archivage numérique des fonds documentaires. La mise en ligne de données musicales (instruments, voix) permet une valorisation de données de la recherche. Il est dans ce cas nécessaire que ces données soient ordonnées de façon compréhensive et accessible au plus grand nombre. Dans cette optique, ce groupe de travail œuvre à une réflexion sur les vocabulaires et sur les développements de référentiels pour une mise en place viable et pérenne d’outils de classifications actualisés, de portée internationale et à caractère multilingue. Cela touche notamment aux fonctionnalités de recherche (vocabulaires d’indexation, référentiels communs spécifiques à la musique, etc.).

 

Objectifs

Par la collaboration entre les domaines de la recherche et de l’ingéniérie documentaire, les objectifs de ces travaux sont de :

  • Permettre un accès déféré aux fonds patrimoniaux historiques ainsi qu’aux ressources, catalogues et bases de données du domaine de la musique, ce qui amène à une plus large diffusion des traditions musicales et orales du monde ;
  • Faire évoluer régulièrement les systèmes classificatoires d’indexation de manière collaborative, pluridisciplinaire et multilingue à partir de rapprochements entre référentiels, de l’expertise des chercheurs et des besoins des projets de recherche ;
  • Constituer des référentiels communs et/ou des solutions d’alignement qui pourraient être intégrés dans les plateformes et systèmes existants et qui seraient alimentés à partir d’outils open-source de gestion de vocabulaires controlés (type Ginco, OpenTheso, etc.) ;
  • Dynamiser et étendre les réseaux scientifiques aux niveaux national et international, notamment à travers l’élaboration de référentiels multilingues.

 

Activités

Les membres de ce groupe collaborent sur ces objectifs à travers un travail de fond conduit au niveau de référentiels traitant respectivement 1) des instruments de musique, 2) de la voix et 3) des ambiances et environnements sonores.

Pour chacun, il s’agit de mener une réflexion sur les vocabulaires et thésaurus existants afin d’améliorer la gestion de l’indexation des partenaires et d’envisager des solutions à long terme pour répondre aux besoins scientifiques, documentaires, techniques et technologiques des chercheurs et des documentalistes travaillant au traitement des données générées. Cela nécessite en premier lieu l’établissement d’un état de l’art des vocabulaires, classifications et thésaurus actuellement en usage. À partir des problématiques mise en exergue par la pluralités des vocabulaires et des possibilités de recoupement, ce groupe entamera alors  un travail de sélection, de définition et de classification (relations hiérarchiques, d’équivalence, etc.) des terminologies pertinentes, adoptant des approches tant scientifiques qu’empiriques.

 

Organisation

Afin d’avancer sur ces questions, le groupe de travail différencie trois sous-thématiques:

1. Bases de données et systèmes classificatoires

La mise en relation des approches  relatives à l’étude des productions sonores et de leurs instruments nécessite de définir et de partager des référentiels communs qui prennent en compte les vocabulaires des divers domaines disciplinaires au niveau national et international. Dans cette perspective, après les travaux d’indexation développés par les institutions patrimoniales (Musée de la Musique et Musée du Quai Branly) un nouveau chantier d’enrichissement systématique des termes de description des instruments de musique dans le langage d’indexation encyclopédique RAMEAU a été entrepris en mars 2013, dans le cadre du projet « les sources de l’ethnomusicologie » réunissant le CREM (LESC UMR 7186 CNRS UPO), la BnF et le musée du quai Branly grâce à un financement du Labex « Les passés dans le présent ». Consultable et utilisé dans un large réseau d’établissements francophones, RAMEAU permet un enrichissement collaboratif (validation du centre national) et une interopérabilité (format SKOS) qui favorise le principe des données liées.

Cette initiative expérimentale sur les instruments de musique, menée en collaboration avec le centre national RAMEAU, a déjà permis d’aboutir à une structure arborescente synthétique basée sur les systèmes de classification universelle des instruments de musique développés au XXe siècle par des spécialistes de l’organologie : Hornbostel et Sachs (1914), Schaeffner (1936), Dournon (1992). Grâce à un principe de poly-hiérarchie, un terme peut être relié à plusieurs termes supérieurs. Ainsi le piano est à la fois partie des instruments à cordes frappés, des cithares sur caisses et des instruments à clavier ; la clarinette des instruments à vents, des anches battantes et de la famille des bois, satisfaisant ainsi différents points de vues selon la discipline d’étude (ethnomusicologie, musicologie, acoustique musicale, etc.). Chaque terme générique est également traduit par son équivalent LCSH (Library of Congress Subject Headings). La suite du chantier consistera à l’enrichissement des termes vernaculaires, en prenant comme base de translittération pour les termes retenus le Grove Dictionary of Musical Instruments. Un chantier similaire d’enrichissement systématique pour la description de la voix serait nécessaire afin de compléter le langage d’indexation RAMEAU. En l’absence de classification standard ou universelle, cette phase nécessitera un travail de réflexion en commun avec l’ensemble des disciplines qui traitent de la musique afin de définir et déterminer les termes pertinents pour les procédés d’exécution, la formation. Une première initiative pluridisciplinaire menée dans le cadre du projet Diadems (ANR Contint 2013-2015) réunit actuellement sur ce sujet des ethnomusicologues, des acousticiens et des informaticiens spécialisés dans le traitement du signal.

Dans ce cadre, le groupe de travail entreprend de :

– Établir un état de l’art et réaliser une cartographie des bases de données et vocabulaires spécialisés du domaine de la musique, considérant tant les travaux scientifiques français que ceux conduits à l’international ;

– Effectuer une veille des projets de recherche et de valorisation, des systèmes de gestion informatisés, des technologies émergentes de recherche dite non sémantique (algorithmes de détection et reconnaissance)

 

2. Web sémantique des productions sonores

Dans le cadre du web sémantique, l’un des enjeux de la mise en relation des ressources, catalogues et bases de données du domaine de la musique est de repenser et de compléter les systèmes de classification dans une triple dimension collaborative, pluridisciplinaire et multilingue, et par des rapprochements entre référentiels, notamment le thésaurus multilingue sur les instruments musicaux développé par le projet européen MIMO (représenté en France par la Cité de la musique), les répertoires internationaux RILM, RIdIM et RISM, et le projet d’ontologie multilingue des instruments de musique de la Queen Mary University.

Dans ce cadre, le groupe de travail vise à :

Partager l’expérience et l’expertise des spécialistes œuvrant à l’élaboration ou l’utilisation de vocabulaires spécialisés dans un environnement numérique (ex. de projet : NATIV) ;

  Établir un réseau d’experts ;

  Proposer un accompagnement technique aux projets de recherche et de valorisation liés à la gestion de corpus en ligne.

 

3. Recherches sur les référentiels

Dans ce cadre, le consortium s’attache à aider à la mise en œuvre des bonnes pratiques, notamment :

 en soutenant les initiatives visant à améliorer le partage des référentiels spécialisés du domaine musical et à les inscrire dans le web de données ;

 en favorisant l’ouverture des vocabulaires d’indexation spécialisés à la consultation publique,  à leur visualisation sous forme graphique (datavisualisation), ainsi qu’à l’interopérabilité entre référentiels spécialisés (ex. MIMO, RILM, RISM, RIDIM) et des langages d’indexation généralistes (ex. RAMEAU) ;

 en ouvrant l’enrichissement des bases de données aux communautés d’utilisateurs par des dispositifs innovants d’indexation de type crowdsourcing.

Le groupe de travail sur les classifications et référentiels a été formé afin d’engager une réflexion plus specifiquement centrée sur les apports et difficultés de l’établissement de référentiels communs aux classifications des objets musicaux (producteurs et productions).

 

Partenaires appartenant au Consortium  

Les partenaires issus du consortium et faisant partie de ce groupe de travail sont :

  • CESR (UMR 7323)
  • LESC-CREM (UMR 7186)
  • IRCAM (UMR 9912)
  • LAM (UMR 7190)
  • IReMus (UMR 8223)
  • Laboratoire Eco-Anthropologie et ethnobiologie (UMR 7206)

Contact : Aude Da Cruz Lima, LESC-CREM, aude.da-cruz-lima[at]mae.u-paris10.fr